Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les gérantes d'une auto-école du Loiret relaxées après avoir interdit le port du voile

-
Par , France Bleu Orléans

La Cour d'appel d'Orléans a prononcé ce mardi 16 mars la relaxe de deux gérantes d'une auto-école du Loiret qui avaient interdit le port du voile. En première instance, elles avaient été reconnues coupables de discrimination à l'encontre de deux élèves de confession musulmane.

L'auto-école Bokreno dans le Loiret relaxée après avoir interdit le port du voile
L'auto-école Bokreno dans le Loiret relaxée après avoir interdit le port du voile © Maxppp - Philippe Trias

Les deux gérantes d'une auto-école basée à Orléans et à La Ferté-Saint-Aubin dans le Loiret ont été relaxées ce mardi 16 mars par la justice. En novembre 2019, les deux responsables de l'auto-école Bokreno avaient été condamnées par le tribunal correctionnel d'Orléans à 1.000 euros d'amende, dont 500 avec sursis pour avoir refusé en 2017 l'inscription de deux jeunes élèves voilées. Devant le tribunal, l'une des gérantes avait invoqué le règlement intérieur de l'établissement qui interdit tout couvre-chef. Elle avait réfuté toute discrimination. Le parquet avait objecté "un risque de communautarisme" et réclamait 2.000 euros d'amende. 

L'affaire avait été portée devant la Cour d'appel qui dans son arrêt, rendu ce 15 mars, a donc prononcé la relaxe, suivant ainsi les réquisitions lors de l'audience de l'avocate générale. Pour l'avocate des deux gérantes, Me Florence Gontier, "cette décision est juridiquement totalement fondée puisqu'il n'y a pas de discrimination dans ce dossier, le but était seulement, à travers un règlement intérieur qui interdit tout couvre-chef, d'imposer un certain nombre de règles pour que les leçons de code et de conduite soient bien efficaces"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess