Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La Glacerie : l'ESAT du centre Jean Itard à nouveau visé par un incendie

samedi 13 avril 2019 à 18:40 Par Mahaut de Butler, France Bleu Cotentin

Encore un incendie d'origine criminelle au centre Jean Itard de la Glacerie. Samedi 13 avril vers 10h10, l'un des ateliers de l'établissement et service d'aide par le travail (ESAT) de la commune a pris feu. En l'espace de deux ans, c'est la troisième fois que l'ESAT est visé.

En novembre 2018, un atelier était déjà parti en fumée au centre Jean-Itard.
En novembre 2018, un atelier était déjà parti en fumée au centre Jean-Itard. © Radio France - Anthony Raimbault

La Glacerie, Cherbourg-en-Cotentin, France

Avril 2017, novembre 2018, et désormais avril 2019. L'ESAT de la Glacerie serait-il devenu une cible ?  

L'incendie s'est déclaré dans la matinée du samedi 13 avril : une épaisse fumée se dégageait du centre Jean Itard.  Très rapidement, une vingtaine de sapeurs pompiers sont intervenus. Ils ont réussi à sauver les autres ateliers. Mais le bâtiment de 800 mètres carrés a été détruit par les flammes. 

Il était inoccupé, il n'y a donc pas de victime, en revanche des machines et du matériel sont partis en fumée.  D'après le maire délégué de la Glacerie, Jean-Marie Lincheneau, les dégâts s'élèvent à 500 000 euros. Un montant qui vient s'ajouter aux dommages déjà subis par l'ESAT, sans compter les 40 travailleurs de l'atelier qui se retrouvent au chômage technique. 

La police a retrouvé des carreaux brisés. Le mode opératoire ressemble à celui des deux derniers incendies avec une intrusion un jour où personne n'est là, en matinée.  Pour Jean-Marie Lincheneau, c'est sûr, "on est confronté à quelqu'un qui en veut à l'ESAT, qui veut démolir cette institution".