Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo : 13 départements en vigilance rouge canicule, 47 en vigilance orange aux orages

Encore deux fois plus de détenus que de places à la maison d'arrêt de Tours

-
Par , France Bleu Touraine

Le taux d'occupation de la maison d'arrêt de Tours est actuellement de 199%. Une situation jugée "préoccupante" par l'administration pénitentiaire, le procureur, le président du tribunal et les syndicats de surveillants.

Depuis des années, la maison d'arrêt de Tours accueille régulièrement près de deux fois plus de détenus qu'il n'y a de places.
Depuis des années, la maison d'arrêt de Tours accueille régulièrement près de deux fois plus de détenus qu'il n'y a de places. © Radio France - ©François Desplans

La maison d'arrêt de Tours doit une nouvelle fois faire face à une surpopulation préoccupante, avec un taux d'occupation de 199% :  Actuellement, il y a 289 détenus hébergés, alors que la prison n'a que 145 places. A Tours, la surpopulation carcérale est un problème récurrent et ancien, mais selon le président du tribunal de Tours, la grève que mènent les avocats de Tours depuis le 6 janvier pour défendre leur régime autonome de retraite pèse, elle-aussi. Depuis trois semaines, 90% des affaires sont renvoyées, et ce mouvement de grève va durer au moins jusqu'au mardi 4 février.

"Comme on juge et qu'on ne peut pas juger jusqu'au bout, il y a beaucoup de mandats de dépôt qui sont faits. Les gens sont placés en détention immédiatement, sans être jugés et ça a évidemment des conséquences terribles". Christophe Régnard, président du tribunal judiciaire de Tours, invité de France Bleu Touraine le 28 janvier 2020

La surpopulation est un problème qui dure depuis des années, à la maison d'arrêt de Tours

La situation est tendue, selon un délégué du S.P.S,  le syndicat pénitentiaire des surveillants non-gradés à la maison d'arrêt de Tours : "La surpopulation crée toujours un climat particulier. _On se doit de séparer les condamnés des prévenus, les fumeurs des non-fumeurs et du coup on est parfois obligé d'imposer à trois personnes de vivre ensemble sur des lits superposés dans une cellule de trois mètres-carré prévue pour un seul détenu_. Il y a donc des tensions dues à la promiscuité : des détenus qui n'acceptent pas d'être ensemble, qui protestent, qui bloquent la porte, qui se montrent virulents et menaçants entre eux ou envers nous...des problèmes qu'on ne devrait pas avoir, si il n'y avait pas cette surpopulation récurrente".

Le procureur de la République, le président du tribunal judiciaire de Tours et l'administration pénitentiaire se réunissent fréquemment pour tenter de trouver des solutions

Le procureur de la République de Tours qualifie lui-aussi cette situation de "préoccupante". Ces derniers jours, il y a eu beaucoup de discussions entre Grégoire Dulin, Christophe Régnard et l'administration pénitentiaire. 

"Le premier levier, c'est le transfert de détenus déjà condamnés pour qu'ils effectuent leur peine dans un établissement moins surpeuplé. L'autre moyen d'action, c'est de bien réfléchir aux peines alternatives à l'incarcération, comme le placement sous surveillance électronique ou les peines de semi-liberté". Grégoire Dulin, procureur de la République de Tours

Choix de la station

À venir dansDanssecondess