Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La jeune femme qui accusait des policiers municipaux de Nancy de violences revient sur ses propos

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Une jeune femme de 19 ans accusait des policiers municipaux de Nancy de violences et d'attouchements lors d'un contrôle de respect du couvre feu dans la nuit du 5 au 6 janvier. Ce lundi, elle est entièrement revenue sur ses propos. L'affaire sera classée sans suite.

La jeune femme accusait des policiers municipaux nancéens de violences lors d'un contrôle de respect du couvre feu
La jeune femme accusait des policiers municipaux nancéens de violences lors d'un contrôle de respect du couvre feu © Radio France - Romain Berchet

Ses accusations avaient beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux. Une jeune femme de 19 ans affirmait avoir subi des violences et des attouchements lors un contrôle de policiers municipaux à Nancy dans la nuit du 5 au 6 janvier. Elle avait été contrôlée pour non respect du couvre feu.  Ses accusations avaient poussé la ville de Nancy à diligenter une enquête administrative. Finalement, la jeune femme est entièrement revenue sur ses propos ce lundi. 

Elle a été contactée par des policiers nationaux. Au téléphone, elle a avoué que le contrôle s'était "très bien passé, sans incident" d'après ses propos rapportés par le procureur de la République de Nancy. La jeune femme reconnaît qu'il n'y a eu ni violence ni attouchement ce soir là contrairement à ses propos initiaux. Les policiers municipaux, un homme et une femme, ont simplement palpé ses poches. Elle confirme également qu'elle ne souhaite pas déposer plainte et qu'elle ne souffre d'aucune blessure. 

Enfin, elle explique le non respect du couvre feu par une dispute au domicile d'une amie. L'affaire sera définitivement close mardi indique le procureur de la République de Nancy lorsque elle aura formulé une nouvelle fois sa dernière version de la soirée par procès verbal au commissariat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess