Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La justice autorise EDF à couper l'électricité dans un immeuble de Tours où vivent 120 personnes

mercredi 3 août 2016 à 17:53 Par Boris Compain, France Bleu Touraine et France Bleu

La justice a validé ce mercredi la coupure d'électricité ordonnée par EDF dans un immeuble de Tours-nord, avenue Maginot. L'entreprise est en litige avec la S.C.I propriétaire de l'immeuble pour des dizaines de milliers d'euros d'impayés.

120 locataires pauvres font les frais d'un litige entre EDF et le propriétaire de leur immeuble
120 locataires pauvres font les frais d'un litige entre EDF et le propriétaire de leur immeuble © Maxppp - Maxxppp

Indre-et-Loire

Les 120 locataires, des travailleurs pauvres et des migrants, dont une 20aine d'enfants, sont privés d'électricité depuis le 29 juillet. Ils n'ont plus de frigo, plus d'eau chaude, plus de courant pour charger les téléphones portables ou faire fonctionner les télévisions.

A la surprise générale, le Tribunal de Grande Instance de Tours a estimé ce mercredi que cette coupure n'était pas illégale. La justice estime que le propriétaire de l'immeuble est en faute, puisqu'il présente des dizaines de milliers d'euros d'impayés.

"Pas de dommage imminent" selon la justice

Nous ne sommes pas en période hivernale. L'absence d'électricité, et de chauffage, ne met donc pas la vie des 120 locataires en danger. Un argument impossible à entendre pour Yannick Quinet, une des locataires de l'immeuble. Elle travaille dans le commerce, et paye 310 euros de loyer par mois.

"Je travaille, je peux pas prendre ma douche, je peux pas me coiffer, je fais quoi" dit une des locataires

Maitre Morin, l'avocat de la S.C.I propriétaire de l'immeuble se dit, lui-aussi, scandalisé par ce jugement

"A l'évidence, tout le monde se fout de ces 120 personnes" estime Maitre Morin, l'avocat du propriétaire

L'avocat du propriétaire appelle désormais l'Etat à reloger d'urgence ces 120 personnes. Une réunion à ce sujet aura lieu jeudi après-midi en Préfecture, avec les services du département.