Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Cambo-les-Bains : la justice annule la vente de la maison de l'horreur

-
Par , , France Bleu Pays Basque

Un couple ne voulait plus acheter la maison de ses rêves, théâtre d'un drame: en 2016 le propriétaire avait noyé ses deux enfants. La justice donne raison au couple.

Le tribunal correctionnel de Bayonne
Le tribunal correctionnel de Bayonne © Radio France - Capture d'écran

Cambo-les-Bains, France

C'est une décision qui fera sans doute jurisprudence. Le tribunal de grande instance de Bayonne donne raison au couple qui ne voulait plus acquérir la maison de Cambo-les-Bains, dont l'ancien propriétaire avait noyé ses deux enfants, après avoir pourtant signé un compromis. 

Dans une décision, datée du 3 décembre 2019, la justice a estimé que les vendeurs, comme l'agence immobilière d'Ustaritz à l'origine de la transaction, ont dissimulé des informations importantes, indispensables au moment de l'achat, en raison de la nature du drame liée a cette vente ainsi que sa proximité temporelle.

L'habitation liée à un drame

En juillet 2017, un jeune couple tombe sur la maison de ses rêves à Cambo. Les propriétaires organisent la visite et le 25 août le compromis de vente est signé entre les deux parties. 15 000 euros sont même versés. Tout semble prêt pour une vie heureuse avec leurs deux jeunes enfants. Mais rapidement le couple d’acquéreur découvre que cette maison a été le théâtre d'un drame. 

En septembre 2016, les deux enfants du couple de vendeurs, ont été tués, noyés par leur propre mère. En pleine nuit cette enseignante avait immergé dans le fleuve Adour, au niveau de la ville de Bayonne, sa fille de 4 ans et son fils de 6 ans. Déclarée irresponsable par la justice, l'enseignante de 43 ans avait été rapidement remise en liberté. 

Les plaignants perdent en justice

Pour les vendeurs, pas question de renoncer. Ils décident de porter l'affaire en justice et demandent 50 000 euros de dommages et intérêts. L'agence immobilière aussi réclame 15 000 euros. Mais la juge du tribunal de Bayonne vient de leur donner tord. Elle estime que les vendeurs ont caché des informations importantes. La justice annule la vente et condamne solidairement les vendeurs et l'agence immobilière à 5000 euros de dommages et intérêts et 3500 euros de frais d'avocat.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu