Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La justice enquête sur les contrats des collaborateurs du groupe socialiste au Département de Seine-Maritime

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le Parquet de Rouen a ouvert une enquête sur de possibles irrégularités dans l'emploi des collaborateurs du groupe d'opposition socialiste au Département de Seine-Maritime. A l'origine, une lettre anonyme dénonçant des pratiques présumées douteuses des élus socialistes.

Le Parquet de Rouen a ouvert une enquête sur la base d'un courrier anonyme envoyé au Procureur de la République.
Le Parquet de Rouen a ouvert une enquête sur la base d'un courrier anonyme envoyé au Procureur de la République. © Maxppp - Leyla Vidal

C'est le site normand d'investigation Le poulpe qui le révèle ce mardi matin, le Parquet de Rouen  a ouvert une enquête sur l'activité des collaborateurs du groupe d'opposition socialiste du Conseil Départemental de Seine-Maritime. Information que nous confirme le Procureur de la République de Rouen, sans préciser toutefois le cadre juridique de cette enquête. "Il n'y a pas d'autre commentaire en l'état" indique le magistrat par sms. Selon les informations de nos confrères du média normand d'investigation, il aurait contacté le directeur général des services de la collectivité pour obtenir des précisions sur les contrats des assistants du groupe PS au Département. 

Lettre pour la justice républicaine en Seine-Maritime - Anonyme

Car c'est bien de cela qu'il s'agit dans la lettre anonyme envoyée au Procureur de la République et dont nous avons obtenue la copie. Le mystérieux auteur de cette missive dénonce des "contrats baroques (qui )permettent de dissimuler le fait qu'en réalité l'argent de la collectivité départementale est utilisée à d'autres fins : soit pour le parti, soit pour des campagnes, soit pour d'autres collectivités". L'actuel patron du PS en Seine-Maritime et président du groupe socialiste au Conseil départemental, Nicolas Rouly, dénonce "une accusation grossière dans son contenu et dans sa forme, anonyme, et qui tombe sur la place publique au moment où se préparent les scrutins départementaux et régionaux et ou l'on vise des responsables politiques engagés dans la préparation de ces scrutins". 

La ficelle est grosse - Nicolas Rouly, président du groupe socialiste au Département.

Ecoutez la réaction de Nicolas Rouly, le président de groupe socialiste au conseil départemental.

L'élu rappelle surtout que les 6 collaborateurs concernés sont recrutés par le Département, et mis à la disposition du groupe socialiste par la collectivité. "C'est bien le président du Département qui signe leur contrat, pas le président du groupe socialiste" indique Nicolas Rouly. Leur activité est d'ailleurs strictement contrôlée à la fois en interne, par le contrôle de légalité du préfet ou la chambre régionale des comptes, rappelle l'élu. Parmi les 6 collaborateurs visés par l'enquête, 3 disposent d'un double contrat. Un temps partiel au Département, un autre dans une collectivité, une mairie en l'occurrence parce qu'ils accompagnent un élu départemental qui est aussi un maire. "Ce qui serait anormal c'est qu'un seul contrat finance une double mission" explique l'ancien avocat qui compte bien porter plainte, contre X, pour dénonciation calomnieuse.

C'est sans doute que je dois faire peur - Christophe Bouillon.

Ecoutez la réaction de Christophe Bouillon, ex-premier secrétaire du PS en Seine-Maritime, conseiller départemental et maire de Barentin.

Le corbeau décrit par ailleurs "un système dans lequel j'ai été instrumentalisé". Système dont "le cerveau (...) se nomme Christophe Bouillon", l'actuel maire de Barentin, conseiller départemental socialiste, ancien député, ancien maire de Canteleu, ex-secrétaire de la Fédération du Parti socialiste en Seine-Maritime. Selon cet informateur anonyme, Christophe Bouillon aurait en quelque sorte placé ses pions au fil des années, amis, parents, collaborateurs, dans les différentes collectivités du département pour assoir son pouvoir et celui du PS. Les uns remplaçant les autres au gré des scrutins municipaux, départementaux, régionaux ou parlementaires. "C'est une accusation qui relève du fantasme" juge l'élu, "c'est pas du tout clanique ni familial, personne de ma famille ne travaille pour le Parti socialiste, personne de ma famille n'est élu donc je ne me sens pas du tout visé par cette forme d'accusation" répond Christophe Bouillon. Et l'élu de conclure, "à la fin, le juge de paix c'est l'électeur." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess