Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"La justice est laxiste et la violence augmente", selon Nicolas Vincent, du syndicat Alliance Police

jeudi 29 novembre 2018 à 14:22 Par Fabien Fourel, France Bleu Azur

Les policiers s'inquiètent de la montée des violences ces derniers temps. La peine requise au procès d'un jeune accusé d'avoir lancé "'l'appel à la purge" est jugée bien insuffisante et ne rassure pas.

Police nationale (image illustration)
Police nationale (image illustration) © Radio France - Nathalie Dekeyzer

Alpes-Maritimes, France

"Touche pas à mon policier !"  Le syndicat Alliance Police nationale s'inquiète en ce moment des recrudescences de violences sur les forces de l'ordre. Mercredi, un jeune homme de 19 ans a été jugé pour avoir appelé à la purge, à s'en prendre à des policiers sur les réseaux sociaux. Le procureur a requis quatre mois de prison avec sursis. Nicolas Vincent, du syndicat Alliance Police nationale dans les Alpes-Maritimes, est catégorique : la justice est laxiste et c'est la cause, selon lui ,de cette violence graduée. 

"Certains de mes collègues de Menton étaient en train de manger en civil dans un restaurant, ils ont été obligés de partir parce qu'ils ont été agressés par des inconnus." Nicolas Vincent

Pour lutter contre ces actes, le syndicaliste demande ouvertement à Christophe Castaner le retour des peines planchers. Des peines incompressibles pour les délinquants que les policiers arrêtent. Une demande à ce jour sans réponse. 

"Il faut aussi le port d'arme hors service parce que quand on rentre chez nous, on veut se sentir en sécurité." 

Le syndicaliste espère que le gouvernement entendra ses doléances.