Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins quatre morts et 11 blessés

Faits divers – Justice

"La justice n'est pas responsable des difficultés de la police"

mercredi 26 octobre 2016 à 10:22 Par Nathalie Col, France Bleu Limousin

Denis Roucou, premier vice-président du Tribunal de Grande instance de Bordeaux et délégué du syndicat de la magitrature en Nouvelle Aquitaine, répond aux critiques des policiers qui ont manifesté devant les tribunaux mardi, notamment à Limoges.

Les policiers en colère ont manifesté devant les palais de justice mardi
Les policiers en colère ont manifesté devant les palais de justice mardi © Maxppp - Max Rosereau

Nouvelle-Aquitaine, France

Invité de France Bleu Limousin au lendemain des rassemblement de policiers devant les tribunaux, Denis Roucou dit comprendre qu'il y ait un malaise au sein de la police, soumise depuis plusieurs mois à la pression entre la gestion des attentats, puis des manifestations contre la loi travail ou encore de l'Euro de foot. "Mais ce n'est pas la justice qui est responsable des difficultés de la police" précise ce délégué du syndicat de la magitrature en Nouvelle Aquitaine. Il estime aussi qu'il n'est "pas acceptable que des policiers manifestent devant un palais de justice, cela peut apparaître comme une manière de faire pression sur la justice".

Quant aux accusations de laxisme, elles sont totalement infondées selon lui car il rappelle qu'en France il y a environ 15.000 poursuites pour des faits d'outrage et rébellion, en France, sans oublier les poursuites pour violences. "Donc on ne peut pas dire que la justice se désintéresse". Ensuite précise-t-il, les juges décident des sanctions en fonction de ce qui est prévu par la loi, mais aussi les antécédents, les risques de récidive et la situation de chaque personne. Il ajoute "il n'y aurait pas 68.000 personnes en prison si la justice était laxiste."

Denis Roucou estime toutefois nécessaire d'établir localement un contact entre les organisations syndicales de magistrats et de policiers, pour leur permettre de mieux se comprendre.

Denis Roucou, un des délégués du syndicat de la magistrature, en Nouvelle Aquitaine