Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

La justice reconnaît le préjudice d'anxiété des mineurs de Longwy

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

C'est une première : dix anciens des mines de fer de Lorraine se voient attribuer 4.500 euros de dommages et intérêt en reconnaissance du préjudice d'anxiété. Le conseil des prud'hommes de Longwy a rendu vendredi sa décision. Exposés à des produits dangereux pendant leur vie professionnelle, les anciens mineurs redoutent d'être rattrapés par la maladie.

Mineurs de Longwy
Mineurs de Longwy © Maxppp

C'est la première fois que d'anciens mineurs se voient reconnaître par la justice le préjudice d'anxiété. Le conseil des prud'hommes s'est prononcé ce vendredi à Longwy. Il condamne le liquidateur de la société des mines de fer à verser 4.500 euros de dommages et intérêt à dix mineurs retraités. Jusqu'ici, ce préjudice n'avait été reconnu que pour d'anciens travailleurs de l'amiante.

Les plaignants réclamaient 30.000 euros au départ, mais ils sont quand même satisfaits de la décision. C'est même "un grand pas " pour l'un d'entre eux, Serge Rousset, âgé de 73 ans. Il raconte : "j'ai tout manipulé, les huiles, le pyralène, ce qu'il y avait dans les munitions... ". "Jusqu'ici, on nous disait "y a rien" , ajoute-t-il, "et là, c'est noir sur blanc : le patron devait faire le nécessaire pour nous protéger ". 

Serge Rousset, ancien mineur : "un soulagement"

Satisfaction partagée par l'avocat des mineurs, maître Jean-Paul Teissonnière, qui relève que la légitimité de la plainte était "très fortement contestée par le patronat minier ". L'avocat estime pourtant que la population des mineurs a été exposée à des "risques toxiques et cancérogènes extrèmement importants ". Par cette décision, la justice prend en compte, chez les travailleurs, la crainte de tomber malade, après une vie entière de travail exposée à des produits dangereux .

Me Teissonnière : "ils ont été exposés à des risques toxiques"

Ce qui fait sourire également Serge Rousset et ses camarades, c'est qu'avec cette décision positive, ils "ouvrent la porte aux copains ". Quelque 860 anciens mineurs du bassin houiller réclament aussi la reconnaissance du préjudice d'anxiété. Un bus d'anciennes "gueules noires" était d'ailleurs venu en soutien au tribunal.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu