Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rebondissement dans l'affaire de Tarnac : le Parquet de Paris se pourvoit en Cassation

mardi 28 juin 2016 à 15:27 - Mis à jour le mercredi 29 juin 2016 à 18:41 Par Françoise Ravanne, France Bleu Limousin et France Bleu

Alors que mardi, la Cour d'appel de Paris avait abandonné les poursuites à caractère terroriste à l'encontre de plusieurs membres du groupe dont Julien Coupat, le Parquet de Paris ne veut rien lâcher. Un nouvel épisode dans une affaire qui a débuté dans le village corrézien de Tarnac.

Manifestation de soutien au groupe de Tarnac en 2009 à Limoges
Manifestation de soutien au groupe de Tarnac en 2009 à Limoges © Maxppp - Thomas Jouhannaud

En rendant sa décision mardi, la Cour d'appel de Paris donnait raison aux juges d'instruction qui avaient estimé qu'il n'y avait pas de caractère terroriste dans les actes commis en 2008 par le groupe de Tarnac à savoir le sabotage de lignes TGV. On pouvait penser alors que les membres du groupe, dont Julien Coupat, mis en cause dans cette affaire seraient jugés, certes, mais seulement devant un Tribunal Correctionnel. Or c'est sans compter sur une nouvelle offensive ce mercredi du Parquet général de Paris qui, après avoir fait une première fois appel se saisit de la plus haute Cour de justice. Il avait 5 jours pour le faire.

Des années d'enquête et de rebondissements judiciaires

Ce pourvoi en Cassation est un énième épisode qui laisse penser que cette affaire est loin d'être terminée . Une affaire qui a débuté dans le petit village corrézien du plateau de Millevaches . Le 11 novembre 2008, les forces de l'ordre étaient venues interpeller une vingtaine de personnes dont Julien Coupat et sa compagne. Mais pendant presque 8 ans, l’enquête a connu de nombreux rebondissements. Les avocats des suspects ont même accusé la police d'avoir créé de toute pièce des preuves contre leurs clients. Le monde politique s'est aussi saisi de l'affaire. Aujourd'hui le Parquet général de Paris veut aller jusqu'au bout de ses convictions en considérant Julien Coupat et ses camarades comme des terroristes.