Faits divers – Justice

La justice veut faire taire les rumeurs après deux agressions le week-end dernier à Cherbourg-en-Cotentin

Par Katia Lautrou, France Bleu Cotentin mardi 27 septembre 2016 à 20:14

Palais de justice
Palais de justice © Radio France

Des enquêtes sont en cours après deux agressions le week-end dernier dans l'agglomération cherbourgeoise. Ce mardi soir le parquet a tenu à faire le point pour couper court à toutes rumeurs sur internet et les réseaux sociaux.

Alors que des enquêtes sont ouvertes après deux agressions le week-end des 25 et 26 septembre 2016 à Cherbourg-en-Cotentin, le parquet a fait le point sur ces deux affaires ce mardi soir. La première agression a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche vers 2h du matin entre la rue de l'Union et la rue de la Paix là où sont les établissements de nuit. Une altercation éclate entre deux jeunes filles majeures l'une reprochant à l'autre son style vestimentaire. Le ton monte, les esprits s'échauffent, tout le monde s'en mêle et s'ensuit une bagarre générale. Un couple tente de s'interposer. L'homme trentenaire prend alors un coup de tesson de bouteille à l'abdomen et s'écroule. Opéré en urgences il est toujours hospitalisé. Un homme lui a été placé en garde à vue.

Autre agression le lendemain

Le dimanche après-midi vers 16h sur la piste cyclable de la Saline à Querqueville autre agression une jeune fille mineure se promène avec un ami quand un groupe de quatre à cinq garçons lui jette des cailloux et du liquide vaisselle au visage. Entendue par les enquêteurs la jeune fille ne mentionnera pas d'insultes sur sa tenue vestimentaires comme sa mère le prétend sur le réseau social Facebook depuis deux jours. A ce jour, seule certitude une plainte a été déposée et l'enquête ne fait que commencer.

Pas de lien entre les deux affaires"

Pour la procureure de la République, Emmanuelle Bochenek-Puren "Rien ne permet à ce jour de lier ces deux affaires. Les enquêtes sont en cours. Des auditions vont avoir lieu. Pas de lien entre ces deux affaires et pas de lien non plus entre l'agression de dimanche et la tenue vestimentaire de la jeune fille".

Partager sur :