Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans le Loiret à Montargis et Châlette-sur-Loing, la justice déclare la guerre au trafic de drogue

-
Par , France Bleu Orléans

A l’initiative du procureur de la République de Montargis, un Groupe local de traitement de la délinquance vient d’être lancé sur les communes de Montargis et Châlette-sur-Loing. Le but est de cibler et frapper fort en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants.

Le procureur de la République de Montargis, Loïc Abrial (à droite) a présenté le Groupe Local de Traitement de la Délinquance
Le procureur de la République de Montargis, Loïc Abrial (à droite) a présenté le Groupe Local de Traitement de la Délinquance © Radio France - Christophe Dupuy

Initié et animé par Loïc Abrial, procureur de la République de Montargis, un Groupe local de traitement de la délinquance (GLTD) est désormais en place sur les communes de Montargis et Châlette-sur-Loing. Il associe les différentes forces de l’ordre, police et gendarmerie, les administrations comme les douanes, l’éducation nationale mais aussi les élus locaux et les bailleurs sociaux. Son but est d'agir fort et de manière chirurgicale dans la lutte contre le trafic de stupéfiants, une priorité dans le montargois.

Une délinquance du quotidien

Avec une centaine d’affaires traitées l’an dernier dont le démantèlement de gros réseaux, le trafic de stupéfiants est plus que jamais une délinquance du quotidien sur les communes de Montargis et Châlette-sur-Loing. Une délinquance qui gangrène certains quartiers comme celui de la Vénerie à Montargis selon son maire Benoit Digeon. "C'est invivable, ils montent sur les toits des immeubles pour prévenir l'arrivée de la police, on peut plus le tolérer" indique le maire L.R de Montargis. Avec la mise en place de ce Groupe local de traitement de la délinquance, il s'agit de "s'attaquer à cette forme de criminalité organisée aux nombreuses conséquences graves en termes de santé publique, d'économie souterraine, de délinquance induite" précise Loïc Abrial, procureur de la République de Montargis. "Nous agirons quartier par quartier, rue par rue" rajoute le magistrat.

Renforcement des patrouilles de police

Contrôles massifs, renforcement de patrouilles mixte police municipale et nationale, renseignements en lien avec la cellule opérationnelle de police judiciaire basée à Orléans, le GLTD entend cibler et frapper fort. L'objectif est de s'attaquer aux points de deal constitués sur les communes de Montargis et Châlette-sur-Loing. Il ne faut pas que "cela se fasse au détriment des autres missions de la police" souligne toutefois Franck Demaumont, le maire de Châlette-sur-Loing qui "alerte sur le fait qu'il faut des moyens pour ne pas déshabiller Pierre pour habiller Paul". Pour le procureur de la république de Montargis, pas question non plus de simplement déplacer les trafics. "Notre objectif, au-delà des communes de Montargis et Châlette-sur-Loing, est de récupérer un maximum de renseignements et se coordonner ensuite avec la gendarmerie pour faire en sorte que les trafics ne se déplacent pas en zone rurale" explique Loïc Abrial.

Châlette-sur-Loing arme sa police municipale de taser

Longtemps réticent au tout sécuritaire, le maire communiste de Châlette-sur-Loing s'apprête sous peu à armer ses sept policiers municipaux de taser. Le débat a eu lieu en conseil municipal et le choix a été fait toutefois de ne pas équiper la police municipale d'armes létales. Franck Demaumont justifie sa décision par la réorganisation depuis le mois d'octobre de la police municipale de Châlette qui travaille désormais les samedis et le soir plus tard. "Ca tranquillise nos policiers" explique Franck Demaumont. La ville de Châlette-sur-Loing n'a en revanche toujours pas de caméras vidéos sur son territoire, au grand dam de sa voisine Montargis et  surtout de son maire Benoit Digeon qui ne manque pas une occasion de le rappeler.

Le Groupe local de traitement de la délinquance sur Montargis et Châlette-sur-Loing est en place pour une année, il est renouvelable. Son lancement a eu lieu également en présence de Régis Castro sous-préfet de Montargis, de Thierry Guiguet-Doron, directeur de la sécurité publique dans le Loiret, Éric Corderot directeur interrégional de la police judiciaire d'Orléans, Marie-Dominique Greffe commissaire divisionnaire de Montargis, Benoit Digeon maire de Montargis et Franck Demaumont maire de Châlette-sur-Loing.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess