Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

La lanceuse d'alerte Irène Frachon à l'ouverture du procès du Mediator

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique, France Bleu, France Bleu Orléans

Le procès dit du scandale du Mediator débute ce lundi au pénal : 4.000 victimes sont représentées, 14 prévenus comparaissent ainsi que 11 personnes morales dont les laboratoires Servier.

Irène Frachon
Irène Frachon © Maxppp - Thomas Padilla

Brest, France

Irène Frachon sera présente ce lundi à Paris pour le début du procès au pénal de l'affaire dite du scandale du Mediator.  

La pneumologue du CHU de Brest avait été lanceuse d'alerte dans cette affaire. Avec ses collègues et les éditions brestoises Dialogues, elle avait mis en lumière dès 2007 le lien entre le Mediator, médicament anti-diabétique souvent utilisé en coupe-faim et de graves problèmes cardiaques, des valvulopathies.

Elle avait signalé à l'Agence du médicament 11 cas de valvulopathies sous Mediator. Le médicament, fabriqué près d'Orléans à Gidy, avait été retiré du marché en novembre 2009. Véritable lanceuse d'alerte, son histoire avait été reprise dans le film "La fille de Brest".

Irène Frachon citée comme témoin

Ce procès, long de six mois, est un moment fort, l'aboutissement de 10 ans de procédure et de luttes pour la pneumologue brestoise : "Je serai à Paris lundi prochain car je suis citée comme témoin par le parquet et par Servier. Je ne peux pas assister aux débats tant que je n'aurais pas témoigné, probablement vers la mi-octobre. A partir de ce moment-là, j'essaierai d'être présente le plus possible, je me suis organisée avec mes collègues et ma direction."

A la barre, 14 prévenus, 11 personnes morales (dont les laboratoires Servier). Et la médecin attend des réponses : "La majeure partie des débats va concerner le mécanisme de tromperie. D'avoir mis sur le marché un produit en mentant sur ce qu'il est.

2.000 morts, 4.000 victimes, mais combien de patients trompés ?

4.000 victimes sont représentées. Irène Frachon avait publié un livre en 2010 : "Mediator combien de morts ?", sorti aux éditions brestoises Dialogues. Le titre avait été censuré. Mais aujourd'hui, on a un début de réponse : "L'expertise pénale estime que le Médiator a, pendant 33 ans, causé autour de 2 000 morts et beaucoup plus d'invalides cardiaques. Il y a ceux qui ont pris le Médiator et qui ont été trompés. Qui n'ont pas eu de dommage mais qui ont été trompés. Et la deuxième partie du procès va concerner les victimes, vivantes ou disparues."

Les patientes d'Irène Frachon ne pourront pas toutes assister au procès : "Mes patientes ne sont pas toutes vivantes, certaines sont décédées. L'une, opérée d'une pathologie cardiaque est décédée. Les deux patientes historiques qui m'ont permis de comprendre que ça provoquait une maladie pulmonaires graves qui s'appellent l'hypertension artérielle pulmonaire sont également décédées. Hélas, certaines ne seront pas là. Au cours de ces dix dernières années, il y a eu des dizaines de morts liées au Mediator . Et ces gens-là, souvent très en colère et dans l'attente de la justice, n'auront _pas le soulagement de voir ce procès se tenir_. "

Des indemnisations contre un désistement

D'autres seront absentes car elles ne peuvent plus se constituer comme partie civile.  "Il reste de très nombreuses victimes, y compris brestoises, mais elles ont été indemnisées en échange de se désister comme partie civile. Servier leur a imposé le silence. Il va falloir qu'on les représente à ce procès."

Servier demande aussi devant la justice à l'Etat de participer à ces indemnisations. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu