Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Meurtre d'Adrien Perez

La lettre des parents d'Adrien Perez au Président de la République restée sans réponse

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Le 15 août dernier, les parents d'Adrien Perez, poignardé à mort à la sortie d'une boite de nuit, le 29 juillet, à Meylan (Isère),écrivaient une lettre à Emmanuel Macron pour lui demander de faire cesser la violence gratuite. A ce jour, ils n'ont eu aucune réponse. Pour eux, c'est du mépris.

Adrien Perez, 26 ans, poignardé à mort à la sortie d'une discothèque isèroise
Adrien Perez, 26 ans, poignardé à mort à la sortie d'une discothèque isèroise -

Grenoble, France

Dans leur maison, près de Grenoble (Isère), Bruno et Patricia Perez survivent, comme ils peuvent, à la mort tragique de leur fils Adrien. Le jeune homme, âgé de 26 ans, venait de fêter son anniversaire avec des amis dans une discothèque de Meylan, quand il a été poignardé à mort, en voulant porter secours à un proche qui venait de se faire agresser, pour un prétexte futile, par deux jeunes, deux frères de 19 et 20 ans, Yanis et Younes El Habib.

  • Consultez l'intégralité de la lettre au bas de cet article

Ces derniers sont en prison pour homicide et tentative d'homicide, un complice est en liberté conditionnelle. L'enquête est en cours.

Les parents d'Adrien avait eu la force, la veille des obsèques de leur fils, de dénoncer la violence gratuite qui détruit des familles.  Patricia, la maman, avait interpellé sur France Bleu Isère les politiques qui nous gouvernent pour que cela cesse. "Je crie ma révolte" avait-elle dit. "Stop ! La France sombre dans la violence. Arrêtez ça ! Sauvez nos enfants !"

Une lettre à Emmanuel Macron restée sans réponse

Bruno et Patricia Perez, qui avait reçu des centaines de messages de soutien de la part d'anonymes, avaient aussi écrit le 15 août au Président de la République une lettre poignante pour lui demander son aide.

"A ce jour, nous n'avons reçu aucune réponse" s'indigne Patricia. "C'est du mépris ! Le Président Macron nous oublie, oublie Adrien, oublie toutes les familles qui ont connu le même sort que nous à cause de cette violence gratuite! Je ne veux pas que mon fils ait la légion d'honneur ! Je voudrais juste que le Président de la République entende notre appel. Il a les moyens de s'attaquer à cette violence qui ronge notre société et qui tue nos enfants ! Car aujourd'hui c'est nous qui sommes dans la douleur mais demain, ce sera une autre famille qui sera détruite. Il faut que ça s'arrête !"

Un autel en mémoire d'Adrien a été installé dans le salon familial - Radio France
Un autel en mémoire d'Adrien a été installé dans le salon familial © Radio France - Véronique Pueyo

"Je parle à Adrien tous les jours" – Patricia Perez, mère d’Adrien Perez

Dans le salon familial, un petit autel a été installé avec des photos d'Adrien, souriant. "Je lui parle tous les jours" confie Patricia Perez. "Je demande à mon fils de me donner le courage de continuer à vivre."

Consultez l'intégralité de la lettre des parents d'Adrien Perez à Emmanuel Macron

  - Aucun(e)
-
  - Aucun(e)
-
  - Radio France
© Radio France -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu