Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

La maire de Montauban, Brigitte Barèges, sera bien jugée à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Elle est soupçonnée notamment de détournement de fonds publics, dans le cadre d'une enquête sur un emploi présumé fictif à la mairie de Montauban.

Brigitte Barèges (illustration)
Brigitte Barèges (illustration) © Maxppp - Chantal Longo

Montauban, France

Brigitte Barèges sera bien jugée par le tribunal correctionnel de Toulouse dans quelques mois. La principale intéressée l'annonce sur sa page Facebook. "Mon avocat m'a appelée hier pour m'informer que le juge d’instruction de Toulouse avait rendu une ordonnance de renvoi en correctionnelle des 4 personnes mises en examen dans ce dossier, dont moi", explique l'actuelle maire de Montauban.

La maire sortante Les Républicains de Montauban (Tarn-et-Garonne), candidate aux municipales de mars prochain, est soupçonnée notamment de détournement de fonds publics dans le cadre d'une enquête sur un emploi présumé fictif à la mairie. Elle est soupçonnée d'avoir financé, par la ville, l'emploi présumé fictif d'un collaborateur chargé d'écrire des articles pro-municipalité dans Le Petit Journal.

Une affaire politique dénonce Brigitte Barèges

Brigitte Barèges, sur Facebook, réagit à ce renvoi devant la justice : "Étrange coïncidence, donc, un mois avant l'échéance électorale du 15 mars. Depuis le début de cette affaire, son caractère politique n'a échappé à personne".

La maire de Montauban continue de plaider son innocence et parle de "dénonciations calomnieuses" dont elle fait l'objet "de la part de deux ex-collaborateurs qui ont manifestement voulu régler des comptes et qui ont été instrumentalisés par mes adversaires politiques", écrit l'édile.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu