Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La maire de Montbéliard insultée dans un clip : le rappeur assume vouloir "provoquer"

Après avoir été l'objet d'une garde à vue début mars pour avoir tenu des propos insultants dans une chanson, le rappeur montbéliardais M2Z "assume" les paroles de ce titre et les met en vidéo dans un clip diffusé vendredi. Marie-Noelle Biguinet envisage de porter plainte à nouveau.

Le rappeur a tourné son clip dans le quartier de la Petite Hollande à Montbéliard d'où il est originaire
Le rappeur a tourné son clip dans le quartier de la Petite Hollande à Montbéliard d'où il est originaire © Maxppp - Simon Daval

Le rappeur M2Z, Yllian de son prénom, persiste et signe : il avait diffusé début mars sur les réseaux sociaux une chanson où il insultait la maire de Montbéliard (Doubs), Marie-Noelle Biguinet, de "sale pute" et de "sorcière au gros nez".  L'élue avait alors porté plainte, et le chanteur avait été placé en garde à vue pour outrage. Ce vendredi, soit un mois après la première plainte, le jeune Montbéliardais originaire du quartier de la Petite Hollande a publié le clip de cette même chanson nommé "la Haine", en référence notamment au film La Haine, réalisé par Mathieu Kassovitz. Dans ce clip, le chanteur maintient et assume les paroles qui l'avaient donc mené en garde à vue début mars.

Liberté d'expression ou injure ?

Contacté par France Bleu Belfort Montbéliard, le rappeur M2Z revendique ses paroles "Je n'allais certainement pas modifier mes paroles. C'est la liberté d'expression, et ne pas le faire serait donner raison à la maire". Le jeune homme de 25 ansassume vouloir "provoquer" et reconnaît "en jouer" : dès le début de son clip, il diffuse les articles de presse et l'interview de Marie-Noelle Bioguinet sur France Bleu où elle annonce déposer plainte. "J'en ai joué un peu c'est vrai mais je me suis fait tellement insulter sur les réseaux sociaux après la plainte" ajoute le rappeur

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Une nouvelle plainte pour outrage envisagée

De son côté l'élue ne veut pas "polémiquer plus" et ne souhaite pas commenter le clip. La maire de Montbéliard dit toutefois envisager de porter plainte à nouveau : "ce n'est pas de la culture" lâche Marie-Noelle Biguinet, "c'est de l'injure, je suis citée nommément". Le rappeur lui assure que c'est pas la personne de Marie-Noelle Buiguinet qui est visée, mais bien le statut de maire, "cela aurait pu être les anciens maires Jacques Hélias ou Louis Souvet cela serait pareil". 

Des élus apportent leur soutien à la maire      

Dans un communiqué, Matthieu Bloch, maire Les Républicains de Colombier Fontaine et  chef de file du groupe majoritaire de Pays de Montbéliard Agglomération dénonce "avec la plus grande fermeté les propos inadmissibles portés par un pseudo rappeur à l’endroit de Marie-Noëlle Biguinet. Par de tels propos, ce sinistre personnage s’attaque à une femme engagée, à une élue qui représente les valeurs de la République. Ce pseudo artiste représente à lui seul les clichés de ce qu’il y a de plus détestable dans nos quartiers, dont les habitants méritent une bien plus belle image que ce qui est véhiculé par de tels agissements"

Le groupe d'opposition de PMA "Indépendants et Solidaires" apporte également son soutien dans un communiqué : "nous assurons l’élue et la femme de notre totale solidarité et soutien dans cette épreuve".

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess