Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La maire d'Aix-en-Provence condamnée pour favoritisme à un an de prison avec sursis et 10 ans d'inéligibilité

mercredi 18 juillet 2018 à 9:32 Par Jules Brelaz et Marion Bernard, France Bleu Provence et France Bleu

Condamnée mercredi matin pour favoritisme, prise illégale d'intérêts et détournements de fonds publics, Maryse Joissains, maire Les Républicains d'Aix-en-Provence, annonce par la voix de son avocat qu'elle compte faire appel, et envisage même un nouveau mandat en 2020.

Maryse Joissains est maire d'Aix-en-Provence et présidente de la Communauté du Pays d'Aix
Maryse Joissains est maire d'Aix-en-Provence et présidente de la Communauté du Pays d'Aix © Maxppp -

Aix-en-Provence, France

Deux mois après son procès devant le tribunal correctionnel de Montpellier, le délibéré est tombé mercredi matin pour Maryse Joissains. La maire d'Aix-en-Provence, avocate de profession âgée de 75 ans, est condamnée à un an de prison avec sursis et une peine de dix ans inéligibilité. Son avocat, maître Mario Pierre Stasi, fait savoir qu'il allait "immédiatement interjeter appel". L'appel étant suspensif, l'élue conserve son écharpe de maire. 

L'avocat de la maire d'Aix-en-Provence dénonce "un jugement très dur"

Reconnue coupable de prise illégale d'intérêts, favoritisme et détournements de fonds publics, Maryse Joissains était notamment poursuivie pour avoir exigé la promotion d'Omar Achouri, son chauffeur et conseiller âgé de 65 ans, alors qu'il figurait à la 50e place sur une liste dressée par ordre de mérite. 

Pour commenter à chaud la décision de justice tombée le matin même, Maryse Joissains-Masini a aussitôt mobilisé ses troupes, élus et avocats, pour la soutenir lors d'une conférence de presse : "J'ai informé ceux du conseil municipal [qu'ils pouvaient] venir s'ils en avaient envie, certains ont répondu présent", et se retrouvaient en rang serré dans le bureau de la maire d'Aix, postée sur son siège derrière son bureau, bien déterminée à se défendre :

"Franchement, m'avoir mis 10 ans d'inéligibilité à mon âge, c'est une démonstration de méchanceté (...) Je suis au coeur d'un système [judiciaire] fait pour broyer les élus."

"Si j'arrive à faire reconnaître mon innocence, je me représenterai en 2020" a ajouté l'élue, qui a succédé avec 18 ans d'écart, en arrivant à la mairie en 2001, à celui qui était alors son mari. Alain Joissains, maire de la ville de 1978 à 1983, avait lui été condamné en 1986 en appel pour recel d'abus de biens sociaux.

10 ans d'inéligibilité requis

Les magistrats du tribunal correctionnel de Montpellier ont suivi, en partie, les réquisitions du procureur de la République. Lors du procès le 14 mai 2018, le parquet avait réclamé neuf mois de prison ferme ainsi que dix ans d'inéligibilité, pour des faits "parfaitement caractérisés", "d'une extrême gravité car ils sont le contraire de la probité attendue d'un élu."

La justice reproche également à Maryse Joissains l'embauche à son cabinet de la communauté du Pays d'Aix d'une militante de la cause animale, Sylvie Roche, 50 ans, ce qui n'entrait pas dans les compétences communautaires.

La maire d'Aix Maryse Joissains-Masini et les élus du conseil municipaux, face à la presse, après la condamnation de l'élue à 1 an de prison avec sursis et 10 ans d'inégibilité - Radio France
La maire d'Aix Maryse Joissains-Masini et les élus du conseil municipaux, face à la presse, après la condamnation de l'élue à 1 an de prison avec sursis et 10 ans d'inégibilité © Radio France - France Bleu Provence