Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La mairie d'Hayange lance la procédure d'expulsion du Secours populaire

mercredi 1 novembre 2017 à 19:18 Par Noémie Bonnin, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Le Secours populaire d'Hayange va-t-il être expulsé de ses locaux ? En tout cas, le maire a lancé la procédure d'expulsion. Le conflit entre l'association caritative et la municipalité Front national passe un nouveau palier, alors qu'une braderie est prévue ce samedi.

Le Secours Populaire d'Hayange.
Le Secours Populaire d'Hayange. © Radio France - Faustine Mauerhan

Hayange, France

C'est une étape de plus, dans cette bataille née au début de l'année 2016. La procédure d'expulsion doit être déposée au tribunal de grande instance de Thionville dans les prochains jours, selon le maire d'Hayange. Après les très nombreuses passes d'armes, le conflit bascule donc dans le domaine judiciaire.

"On n'est pas surpris du tout, c'est dans la continuité", explique de son côté le Secours populaire. L'association a prévu de déposer aussi un dossier devant le tribunal, pour demander qu'on rétablisse l'électricité et le gaz. A l'intérieur des locaux, aujourd'hui et depuis un an, c'est le système D, avec des petits chauffages à pétrole et des groupes électrogènes.

Une braderie controversée

Dans ce contexte, la braderie prévue ce samedi ne devrait pas arranger les choses. Le maire d'Hayange la considère comme une provocation, un élément de plus à mettre dans le dossier. "Elle était prévue depuis longtemps", affirme pour sa part le Secours populaire, c'est la braderie habituelle de novembre. On va pouvoir y trouver des vêtements, de la vaisselle ou encore des jouets pour les enfants. "Nous sommes sûrs de notre cause, elle est bonne et juste", soutient l'association.

Le conflit entre l'organisation caritative et la municipalité FN dure depuis bientôt deux ans. Fabien Engelmann reproche toujours au Secours populaire d'être dans l'illégalité, notamment de ne pas avoir de bail officiel pour occuper les locaux. L'association rétorque que c'est un bail oral, établi pendant un conseil municipal, avant l'arrivée du Front national à la mairie.