Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La ville des Sables-d'Olonne ne veut plus payer une fortune pour ses parkings

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Loire Océan

La ville des Sables-d'Olonne paie 570.000 euros à Indigo chaque année pour rembourser la construction du parking de la gare en centre-ville, décidée il y a dix ans. La nouvelle mairie trouve que c'est trop. Des négociations sont ouvertes avec l'entreprise Indigo.

Le parking de la gare coûte 570 000 euros par an de remboursement à la ville.
Le parking de la gare coûte 570 000 euros par an de remboursement à la ville. - Google maps

Vendée, France

Un demi-million par an. La mairie des Sables-d'Olonne dépense 570.000 euros chaque année, pour rembourser le parking Indigo du centre-ville. Et elle trouve que c'est trop. Selon les informations de France Bleu Loire Océan, les services de la ville ont rencontré les représentants de l'entreprise la semaine dernière pour discuter d'une renégociation du contrat.

"Une affaire en or"

La ville des Sables s'est-elle fait avoir en signant ce contrat il y a 10 ans ? A l'époque en 2008, le maire Louis Guédon veut construire un grand parking pour la gare, pour un centre-ville déjà confronté aux difficultés pour se garer. C'est cher : 15 millions d'euros. Et on est à la veille des municipales. Louis Guédon ne veut pas endetter la commune en empruntant l'argent. 

J'assume. C'était une affaire en or. Il faut bien penser qu'Indigo paie les salaires des employés des parkings, qui avant étaient payés par la ville"
- Louis Guédon, maire de 1980 à 2014

C'est là qu'arrive Vinci, aujourd'hui Indigo. Qui propose de payer la construction du parking, en échange de quoi, la ville s'engage à rembourser sur 30 ans. 500 000 euros par an, appelés "subvention d'équilibre", auxquels s'ajoutent 5% de taux d'intérêt. Et Indigo obtient, en plus, la gestion des huit parkings de la ville, certains très lucratifs, dont elle empoche la très grande majorité des recettes. 

L'appât des nouveaux parkings

En découvrant le contrat, la nouvelle mairie grince des dents. D'autant que le total est loin d'être remboursé. Or aujourd'hui, les villes empruntent pour 1% à 3% à la banque. Elle veut renégocier pour payer moins cher. Mais d'autres s'y sont cassé les dents. Le successeur de Louis Guédon à la mairie, Didier Gallot, a déjà tenté de renégocier le contrat. Il a même envisagé une action en justice.

On paie pour un parking surdimensionné, et quand enfin on en sera propriétaire, ce sera devenu une ruine"
- Didier Gallot, maire de 2014 à 2018

Son départ anticipé de la mairie, avec la fusion dans la grande commune des Sables-d'Olonne, l'en aurait empêché. Mais le nouveau maire des Sables, Yannick Moreau, est davantage en position de force. Déjà parce que sa commune est plus grande, et qu'il est le président de l'agglo. Surtout, il veut construire de nouveaux parkings. Des "parkings-relais", situés en dehors de la ville. 

Des parkings dont la gestion pourrait être confiée à un opérateur privé... Indigo, par exemple, en échange de concessions sur l'actuel contrat. La direction d'Indigo, contactée, n'a pas répondu à nos sollicitations.