Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La maison squattée à Chambéry pour les SDF et les migrants évacuée par les forces de l’ordre

mardi 30 octobre 2018 à 11:49 Par Anabelle Gallotti, France Bleu Pays de Savoie

Il était 6 heures mardi quand une vingtaine de policiers ont procédé à cette évacuation. Migrants, sans-abri et Roms qui avaient trouvé refuge dans ce bâtiment ont été laissés sur le trottoir, à l’extérieur du squat. Une personne a été emmenée par la Police de l'air et des frontières.

La maison squattée par des militants pour le droit au logement a été évacuée et scellée mardi matin
La maison squattée par des militants pour le droit au logement a été évacuée et scellée mardi matin © Radio France - Anabelle Gallotti

73000 Chambéry, France

Cette évacuation s’est déroulée au petit matin sous la pluie. Les policiers ont établi un périmètre de sécurité, empêchant les personnes qui s’étaient mobilisées pour les sans-abris de rentrer les soutenir. Cette évacuation s'est passée "dans le calme" selon les services de la mairie avec "beaucoup de tensions et sans humanité" selon les citoyens militants présents

Selon des témoignages des militants, la police aux frontières a emmené un des migrants d’origine africaine présent dans le squat. Les autres occupants de la maison occupée, se sont retrouvés dans sur le trottoir sous la pluie. Les services de la préfecture chargés du logement des personnes à la rue étaient présents aussi mardi matin et dans un communiqué les services de l'Etat précise que "une proposition d’hébergement adaptée a été faite aux occupants selon leur situation administrative". 

 L’intérieur de la maison squattée lundi, il y régnait encore la bonne humeur de la solidarité - Radio France
L’intérieur de la maison squattée lundi, il y régnait encore la bonne humeur de la solidarité © Radio France - Anabelle Gallotti
Lundi, des militants venus de tout Chambéry s’étaient réunis sur le squat pour se préparer à l’évacuation. Elle aura lieu finalement le lendemain, très tôt, avec seulement quelques témoins.  - Radio France
Lundi, des militants venus de tout Chambéry s’étaient réunis sur le squat pour se préparer à l’évacuation. Elle aura lieu finalement le lendemain, très tôt, avec seulement quelques témoins. © Radio France - Anabelle Gallotti

"Je pense que de ma vie, je n’ai pas vécu un évènement aussi traumatisant. Je sais qu’on est dans l’illégalité. Mais moi je ne peux pas m’empêcher d’aider ces gens, de demander à les reloger. Ces personnes ont été poussées dehors sur un trottoir." Roberte présente ce matin à 6h rue Nicolas Parent

De son coté la mairie de Chambéry publie un communiqué et indique que "vingt-trois personnes étaient encore présentes ce matin lors de cette procédure d’évacuation. Toutes les personnes qui nécessitaient une prise en charge ont été prises en compte par les services de l’État."

Dans la journée de mardi, plusieurs syndicats et autres organisations ont manifesté leur indignation par rapport à l'évacuation de la maison occupée et les réponses apportées aux sans-abris. Le collectif regroupe la FSU 73, UL CGT Chambéry, CNT 73, Solidaires Savoie, ATTAC, La Ligue des Droits de l'Homme, RESF 73, Collectif savoyard contre les racismes et la haine, Ensemble! 73, EELV, PCF, Parti de Gauche, la France Insoumise. Il exige "que le gouvernement, les départements et les communes assument leurs responsabilités. Il n'y a pas de 'crise des migrants', il y a une crise de l'accueil."