Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La maman d'Erika crie sa douleur après le meurtre de sa fille, égorgée à Perpignan

mercredi 26 août 2015 à 15:58 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon

La maman d'Erika réclame justice pour sa fille, Erika, 17 ans, égorgée mardi soir dans un parc à Perpignan par son petit ami. Saïda affirme que sa fille avait peur depuis quelques temps et qu'elle voulait s'éloigner de ce garçon.

Saïda Troadec El Fakir réclame justice
Saïda Troadec El Fakir réclame justice © Radio France

Le petit ami d'Erika est passé aux aveux ce mercredi dans la matinée. Ce garçon de 18 ans a reconnu avoir tué sa petite amie, Erika, 17 ans, retrouvée morte mardi après-midi près du lycée Maillol à Perpignan. Il a expliqué avoir donné quatre coups de couteau et l'avoir ensuite égorgée parce qu'elle voulait rompre. C'est donc la piste du drame passionnel qui est maintenant privilégié par les enquêteurs.

Mais la maman d'Erika crie sa douleur et sa colère. Saïda Troadec El Fakir n'avait plus la garde de sa fille depuis plusieurs mois, elle était placée en famille d'accueil. Mais elle affirme que sa fille se savait menacée et elle demande aujourd'hui justice.

"Il la tapait, il la menaçait"

"Je savais que ça allait mal se passer, je savais qu'il allait tuer ma fille, il est venu plusieurs fois ici pour me menacer, il la tapait, elle me disait "maman j'ai peur, j'ai peur" . Ma fille commençait une autre vie, elle s'était inscrite à la mission locale pour travailler, elle ne voulait plus le voir, elle voulait tourner la page. Mais il l' a chopée, rattrapée, il l'a poignardée, il l'a égorgée !!"

"C'était ma princesse, je veux qu'il prenne perpétuité"

"J'ai le cœur déchiré, j'ai plus la foi, il a pris mon âme, il a pris ma foi, il a pris ma fille. C'était ma fille unique, elle allait avoir 18 ans dans un mois. Ma fille c'était mon ange , elle était belle, c'était ma princesse, c'était mon âme, c'était ma fleur. Elle était toute mignonne, toute mignonne.J'espère qu'il ne prendra pas 15 ans, je ne peux aucune remise de peine, je veux perpète ! Tant qu'il ne partira pas en enfer je ne vivrai pas."

Les amis d'Erika organisent une marche blanche jeudi 14h au Castillet à Perpignan. Un autre rassemblement est prévu lundi à Saint-Cyprien où vivait la jeune fille, la mairie de Saint-Cyprien a d'ailleurs mis en place une cellule psychologique pour les amis (8h - 12h / 13h - 18h)

Un groupe Facebook pour rendre hommage à Erika rassemble déjà des milliers de personnes. **

A lire aussi : > Un jeune homme reconnaît le meurtre d'une jeune fille à Perpignan > Une jeune fille retrouvée égorgée à Perpignan

Saïda Troadec el Fakir