Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La maman qui a agressé des enseignants à Perpignan placée sous contrôle judiciaire

mercredi 27 janvier 2016 à 11:39 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon et France Bleu

La maman d'élève qui a agressé des enseignants à l'écore d'Alembert à Perpignan lundi a été placée ce mercredi sous contrôle judiciaire en attendant son procès le 24 février.

© Maxppp

Perpignan, France

Après une nuit de garde à vue, la maman d'élève qui a agressé des enseignants lundi à l'école d'Alembert quartier Saint-Assiscle à Perpignan a été présentée en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Perpignan.

Lundi, son petit garçon de 7 ans qui ne voulait pas se mettre dans le rang devant la classe a été puni par son institutrice et conduit dans une autre classe pour "faire des lignes". L'enfant a rechigné à assumer sa punition et pris de panique, il s'est fait pipi dessus.

Sa maman a donc été appelée pour apporter des vêtements de rechange à son enfant. Mais en arrivant à l'école, elle s'est mise en colère contre les enseignants. La directrice a été projetée contre les porte-manteaux du couloir, un autre a été frappé à la main et tout le monde a été copieusement insulté.

La maman est repartie avec son fils. Une plainte a été déposée, et la maman a été interpellée mardi.

A l'audience ce mercredi matin, la maman a demandé un délai pour préparer sa défense, elle sera de nouveau convoquée le 24 février prochain. 

Le procureur a réclamé son placement en détention en attendant le procès, mais le tribunal a finalement décidé de la laisser libre sous contrôle judiciaire.