Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : Violences communautaires à Dijon

La manifestation pour la démission du préfet interdite à Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

Un appel à la manifestation pour la démission du préfet de Bourgogne Franche-Comté, ce samedi, avait été lancé par des habitants du quartier des Grésilles à Dijon, place de la République. L'intéressé, a décidé de son interdiction. Bernard Schmeltz craint des heurts en marge de ce rassemblement.

Bernard Schmeltz, le préfet de Côte d'or vient d'interdire la manifestation organisée par des habitants des Grésilles à Dijon, ce samedi, place de la République.
Bernard Schmeltz, le préfet de Côte d'or vient d'interdire la manifestation organisée par des habitants des Grésilles à Dijon, ce samedi, place de la République. © Maxppp - PHOTOPQR/LE BIEN PUBLIC

L'idée avait germé sur les réseaux sociaux. Des habitants du quartier des Grésilles à Dijon, sous tension depuis une semaine, ont décidé d'organiser une manifestation ce samedi place de la République, pour demander la démission du préfet de Côte d'Or, Bernard Schmeltz. Tard dans la soirée de vendredi, Bernard Schmeltz a décidé d'interdire cette manifestation.

" Dans le contexte des événements qui ont marqué les esprits le week-end dernier, avec un règlement de compte en centre-ville et dans le quartier des Grésilles le 12 juin, suivi de démonstrations qui ne pouvaient que susciter l’indignation les 13 et 14 juin, des propos incendiaires ont échauffé les esprits et encouragé des violences urbaines le lundi 15 juin. L’ensemble de ces évènements a conduit à la mise en place d’un important dispositif de police ", précise le préfet dans un communiqué.

Une intervention tardive des forces de l'ordre ? 

Les habitants du quartier pointent du doigt l'action tardive des services de police lors des violences dans le quartier le week-end dernier. Des critiques que balaie Bernard Schmeltz. " Malgré l’intervention aussi rapide que possible des policiers, face à des assaillants dispersés et très mobiles dont les comportements ne pouvaient être anticipés, le 12 juin, malgré leur engagement dans des situations de grande tension qui pouvaient à tout moment dégénérer en troubles encore plus graves, et malgré leur présence massive, le 14 juin, sur le plateau de Corcelles-les-Monts et aux Grésilles, pour sécuriser les quartiers autour de la progression d’un groupe dont il fallait empêcher la dispersion afin de le contrôler et l’empêcher de commettre des exactions, une opinion infondée voudrait faire croire que la police n’est pas intervenue ce week-end, et que les quartiers auraient été abandonnés à la vindicte d’un groupe violent. Il n’en est rien, bien sûr "

Ne vous mettez pas en danger en participant à un rassemblement illégal

Dans ce contexte tendu, le préfet de Côte d'or a ainsi décidé ce vendredi soir d'interdire cette manifestation. " Ne vous mettez pas en danger en participant à un rassemblement illégal qui pourrait être infiltré par des casseurs " précise-t-il dans son communiqué. " Samedi, à Dijon, tout laisse à penser que des violences pourraient être commises en marge de cette manifestation.  Aussi, j’ai décidé de prendre un arrêté d’interdiction de manifester, qui vient d’être publié par affichage sur la préfecture. La République, ce n’est pas vivre les uns à côté des autres, c’est vivre les uns avec les autres. Faisons, ensemble, confiance à notre justice pour tirer les conséquences pénales des tristes événements que nous avons vécus ".

150 CRS déployés dans le centre-ville

Un large périmètre d'interdiction a été mis en place. Il s'étend du centre ville historique et les places reliées par les grands boulevards formant une sorte de périphérique.  " Deux compagnies de CRS, soit près de 150 hommes, seront déployées " pour sécuriser le périmètre, a précisé à l'AFP la préfecture, venant " s'ajouter aux effectifs des policiers de la voie publique "

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu