Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Sophie Lionnet

TÉMOIGNAGE - La mère de Sophie Lionnet : "Je ne sais toujours pas qui a tué ma fille"

mardi 15 mai 2018 à 16:43 Par Benoît Jacobo et Renaud Candelier, France Bleu Auxerre et France Bleu

La mère de Sophie Lionnet retourne ce mardi en Angleterre pour la dernière phase du procès des meurtriers présumés de sa fille, devant la Cour criminelle de Londres. Après deux mois d'audience, ce procès ne lui a pas apporté toutes les réponses. Témoignage.

"Les accusés sont 2 monstres qui méritent d'être enfermés à vie" - Catherine Devallonné, la mère de Sophie Lionnet
"Les accusés sont 2 monstres qui méritent d'être enfermés à vie" - Catherine Devallonné, la mère de Sophie Lionnet © Radio France - Renaud Candelier

Yonne, France

C'est un procès qui aura duré près de deux mois. A Londres, les plaidoiries se sont terminées lundi au procès du couple accusé du meurtre de Sophie Lionnet. C'est maintenant au jury de se retirer pour délibérer et décider de la culpabilité des deux accusés. La maman de Sophie Lionnet, Catherine Devallonné, habitant à Paron, est retournée ce mardi en Angleterre pour cette dernière phase du procès. Un procès qui ne lui a pas apporté toutes les réponses qu'elle attendait.

Choquée et très malade

Dans son salon, où s'expose une photo de sa fille, Catherine Devallonné cache difficilement la douleur que lui ont causé ces longues journées d'audience. "J'ai appris que Sophie avait été torturée, qu'elle avait subi aussi des séances de torture verbale, relate-t-elle. J'ignorais totalement ce qui se passait dans cette maison. Quand j'ai appris ça, ça m'a énormément choqué et j'ai très malade". Autant de souffrances inutiles car pour Catherine Devallonné, la vérité n'est pas apparue durant ce procès : "j'aurais souhaité de la part des accusés qu'ils me disent vraiment la vérité. Car aujourd'hui, je ne sais toujours pas qui a tué ma fille". 

Je pense que ce sont deux monstres qui méritent d'être enfermés à vie - Catherine Devallonné

Alors, durant ces deux mois de procès, Catherine Devallonné s'est forgée sa vérité. "Sabrina Kouider a été très violente contre ma fille. Je pense que c'est elle qui a tué Sophie. Lui, Ouissem Medouni, s'est laissé manipuler. Mais il est aussi coupable que Sabrina, car il aurait pu aider ma fille, et il ne l'a pas fait. Je pense que ce sont deux monstres qui méritent d'être enfermés à vie".

Catherine Devallonné espère connaître la délibération du jury d'ici vendredi. Elle fera revenir le corps de Sophie en France, à la fin du mois, pour que la famille puisse enfin faire son deuil.