Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

La Ministre de la Justice fait la promotion des TIG en Côte-d'Or

vendredi 15 mars 2019 à 19:14 Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

Ce vendredi 15 mars 2019 Nicole Belloubet s’est déplacée dans un domaine vitiocle de Morey-Saint-Denis en Côte-d'Or. Elle a visité un chantier sur lequel travaille des personnes condamnées par la justice pour y effectuer un Travail d’Intérêt Général (TIG). Dispositif qu'elle entend relancer.

La ministre Nicole Belloubet lors de la table ronde ce vendredi 15 mars 2019, Salle des Climats à Gevrey-Chambertin
La ministre Nicole Belloubet lors de la table ronde ce vendredi 15 mars 2019, Salle des Climats à Gevrey-Chambertin © Radio France - Thomas Nougaillon

Morey-Saint-Denis - France

La ministre de la justice Nicole Belloubet en Côte-d’Or ce vendredi matin. Une visite ministérielle dans le cadre du lancement de la plateforme numérique de l'agence du Travail d'Intéret Général. Un nouvel outil qui devrait être généralisé à toute la France en septembre prochain et pour lequel le Service pénitentiaire d’insertion et de probation de la Côte-d’Or est l’un des sites pilotes. 

Une table-ronde et une rencontre avec des "tigistes" Côtes-d'Oriens

Nicole Belloubet a assisté à une table-ronde Salle des Climats à Gevrey-Chambertin en compagnie de maires, de représentants d’associations et du SPIP de Côte-d'Or. Ensuite elle s'est rendue au domaine viticole Ponsot de Morey-Saint-Denis visiter un chantier d'insertion sur lequel travaillent 3 "tigistes".   

La ministre assise entre le Préfet de Côte-d'Or, Bernard Schmeltz et le député de la Ve circonscription de Côte-d'Or, Didier Paris. - Radio France
La ministre assise entre le Préfet de Côte-d'Or, Bernard Schmeltz et le député de la Ve circonscription de Côte-d'Or, Didier Paris. © Radio France - Thomas Nougaillon

Les TIG, un dispositif alternatif à la prison, porté à l'origine par Robert Badinter en 1983, et que l'actuelle ministre entend relancer. "Nous devons trouver, au-delà de la peine d'emprisonnement qui demeure une peine nécessaire, d'autres types de peine. Parmi ces peines là qui permettent la réinsertion des gens qui ont commis des infractions, le Travail d'Intérêt Général est une peine qui fonctionne remarquablement bien parce qu'elle permet justement de mettre un pied dans le processus de réinsertion".

Nicole Belloubet

Les TIG, un système prôné par Robert Badinter lorsqu'il était Ministre de la Justice 

A l'époque de Robert Badinter, seules 3% des peines prononcées étaient des peines de TIG. "Robert Badinter lorsque je l'ai rencontré m'a dit que si on parvenait à doubler ce chiffre ce serait extraordinaire. Et c'est non seulement cela mais encore plus que je souhaite atteindre" a commenté Nicole Belloubet au micro de France Bleu Bourgogne.

Mettre en relation l'offre et la demande de TIG

Cette plateforme doit permettre une meilleure mise en relation de "l'offre" et de la "demande" de Travail d'Intérêt Général. Des TIG qui peuvent être proposés par des lycées, des associations, des institutions comme la gendarmerie ou encore les communautés de communes et les mairies. Celle d'Arnay-le-Duc a par exemple accueilli 3 personnes condamnées à cette peine depuis 2012, celle de Gevrey-Chambertin -elle- en est à 12 depuis 2015. 

Joël Jallet, directeur du SPIP de Côte-d'Or - Radio France
Joël Jallet, directeur du SPIP de Côte-d'Or © Radio France - Thomas Nougaillon

30% de récidivistes à l'issue d'une peine de TIG contre 70% pour les autres types de peines

Et c'est une bonne chose pour Joël Jallet, directeur du SPIP de Côte-d'Or car les personnes condamnées à des TIG présenteraient des taux de récidive beaucoup plus bas que la moyenne. "Les TIG ça marche! En terme de taux de récidive on est à 30% dans les 5 ans qui suivent l'exécution de cette peine contre 70% dans d'autres cas." Joël Jallet qui avance une explication à ces chiffres. "Une personne qui est accompagnée sur le plan social et éducatif" récidive bien moins qu'une personne qui ne l'est pas. C'est pourquoi il est nécessaire selon lui de faire de cette peine une sanction pénale "en tant que telle" et non pas "une simple peine de substitution". 

Joël Jallet

Nicole Belloubet s'entretient avec Bruno Sterlin, directeur de l'association Dijonnaise "Sentiers", une association d'insertion qui fait travailler 3 "tigistes" - Radio France
Nicole Belloubet s'entretient avec Bruno Sterlin, directeur de l'association Dijonnaise "Sentiers", une association d'insertion qui fait travailler 3 "tigistes" © Radio France - Thomas Nougaillon
Anthony a été condamné pour des amendes SNCF jamais réglées. Il a préféré effectuer 177 heures de TIG plutôt que d'aller en prison. - Radio France
Anthony a été condamné pour des amendes SNCF jamais réglées. Il a préféré effectuer 177 heures de TIG plutôt que d'aller en prison. © Radio France - Thomas Nougaillon

Le témoignage d'Anthony, ex "tigiste" à l'association "Sentiers"

Le jeune homme a terminé ses TIG l'an passé, il bénéficie désormais d'un contrat au sein de l'association Sentiers. Il vise un emploi chez un couvreur de Saint-Apollinaire. - Radio France
Le jeune homme a terminé ses TIG l'an passé, il bénéficie désormais d'un contrat au sein de l'association Sentiers. Il vise un emploi chez un couvreur de Saint-Apollinaire. © Radio France - Thomas Nougaillon

Au 1er mars 2019, 287 peines de Travail d'Intérêt Général avaient été prononcées en Côte-d'Or, il y en a eu 300 l'an passé dans le département. En France selon le ministère de la justice, 18 000 postes de TIG seraient disponibles à ce jour, un nombre que la ministre veut étendre à 30 000 d’ici deux ou trois ans