Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La mort du chien Jagger devant le tribunal correctionnel de Niort

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Un ouvrier agricole de 57 ans comparaissait ce mardi devant le tribunal correctionnel de Niort pour "sévices graves ou acte de cruauté envers un animal domestique". Il est accusé d'avoir tué Jagger, le chien de ses voisins, à Augé, dans les Deux-Sèvres, le 15 février 2019.

Me Isabelle Gharbi-Terrin défend notamment Helène Decanter, dont le chien Jagger a été abattu à Augé le 15 février 2019
Me Isabelle Gharbi-Terrin défend notamment Helène Decanter, dont le chien Jagger a été abattu à Augé le 15 février 2019 © Radio France - Noémie Guillotin

Niort, France

Hélène Decanter est inconsolable. Elle tient dans ses mains une urne funéraire, un jouet en forme d'os et un médaillon avec la photo de Jagger, son berger allemand de quatre ans, mort en février dernier. "On m'a tué mon bébé", lance-t-elle avant l'audience. Cette mère de famille est venue avec son mari et ses soutiens ce mardi au tribunal correctionnel de Niort pour assister au procès de son voisin. Un ouvrier agricole âgé de 57 ans soupçonné de "sévices graves ou d'acte de cruauté envers un animal domestique".

Le 15 février 2019, le prévenu rentre chez lui après une soirée et raconte qu'il aperçoit un chien. "Il s'attaquait à mon chien à travers le portillon. Je ne suis pas intervenu, je suis allé chercher ma carabine tout de suite". Il tire. "Pourquoi trois fois ?", demande la présidente du tribunal. "Parce que j'avais que trois cartouches", répond-il sans émotion. Le lendemain, il retourne près du chien et le jette au plan d'eau de la Touche-Poupard.

Toute la famille Decanter pleure Jagger, berger allemand de 4 ans - Radio France
Toute la famille Decanter pleure Jagger, berger allemand de 4 ans © Radio France - Noémie Guillotin

"Jagger a été tué, il a agonisé et jeté dans l'eau comme un déchet", Me Isabelle Gharbi-Terrin, avocate des propriétaires de Jagger

Un homme "inconnu de la justice mais pas de ses voisins", fait remarquer la procureure de la République. Il n'a aucune mention à son casier judiciaire mais des témoignages disent que l'homme aurait déjà utilisé son fusil contre des chiens et des chats errants. Le quinquagénaire reconnait avoir tué un chien une fois, parce qu' "il avait attaqué mes poules".

La mort de Jagger, "de la violence gratuite, de la cruauté", plaide Me Isabelle Gharbi-Terrin, elle défend notamment les propriétaires du berger allemand. "Il a été tué, il a agonisé et jeté dans l'eau comme un déchet", dénonce l'avocate qui demande une peine qui "doit être dissuasive". Et "qu'à Augé, on puisse vivre tranquillement demain".

"C'est un acte lâche, stupide mais il n'y a pas de sévices ni de torture", Me Nathanaël Ormillien, avocat du prévenu

L'avocat du prévenu plaide, de son côté, la relaxe. "C'est un acte lâche, stupide mais il n'y a pas de sévices ni de torture", martèle Me Nathanaël Ormillien. S'il n'y a pas sévices, il s'agit non plus d'un délit mais d'une contravention. "Il ne faut pas confondre tribune et tribunal", poursuit l'avocat. Une pétition en ligne "pour une vraie justice pour Jagger", a recueilli plus de 100.000 signatures. Avant l'audience, une trentaine de personnes dont des militants de la cause animale se sont retrouvées devant la mairie de Niort pour se rendre au tribunal.

Six mois avec sursis requis

La procureure a requis six mois de prison avec sursis mise à l'épreuve pendant deux ans. Elle demande également l'interdiction de détenir et porter une arme. Le tribunal a mis sa décision en délibéré, elle sera rendue le 14 mai.

Une trentaine de personnes se sont réunies devant la mairie de Niort avant l'audience - Radio France
Une trentaine de personnes se sont réunies devant la mairie de Niort avant l'audience © Radio France - Noémie Guillotin
Choix de la station

France Bleu