Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La Nouvelle Éco : à Mehun-Sur-Yèvre, un patron de discothèque s’est reconverti dans la vente de matériaux

-
Par , France Bleu Berry

Moins d’un an après avoir pris la direction de la discothèque Le Point G à Bourges, Jean-Charles Wioland a été contraint de la fermer. Ne sachant pas quand il pourra la rouvrir, il vient de racheter une entreprise de vente de matériaux, Le Marchand de sable.

Les discothèques comme le Point G à Bourges attendent de pouvoir rouvrir (photo d'illustration)
Les discothèques comme le Point G à Bourges attendent de pouvoir rouvrir (photo d'illustration) © Radio France - Xavier Dalmont

La Covid a changé sa vie. Il y un an, Jean-Charles Wioland aurait dû fêter sa première année à la tête de la discothèque Le Point G, place Mirpied à Bourges mais les événements en ont décidé autrement. En avril 2019, Olivier Rivet, qui avait ouvert cette discothèque en 2006, décidait de passer la main et en confiait les clés à son ancien agent d’accueil pendant seize ans. Ouverte les jeudis, vendredis et samedis, Le Point G accueillait entre 400 à 500 personnes chaque semaine. 

Mais en mars 2020, tout s’arrête brutalement. “On s’est pris un bon KO”, reconnaît Jean-Charles Wioland. S’ouvre alors une longue période d’incertitude.Tout le monde disait un peu tout et n’importe quoi, poursuit-il. Les mois passaient, certains commerces rouvraient mais toujours pas nous. À un moment, il faut se relever et avancer.” 

Le Marchand de sable est passé 

Durant cette période, Jean-Charles Wioland  donne la main de temps en temps à Pierre Lepeltier, directeur du  Marchand de Sable à Mehun-sur-Yèvre, une entreprise de vente de  matériaux (sable, graviers, terres végétales...) pour des professionnels  et des particuliers. À 71 ans, Pierre Lepeltier cherche un repreneur. Ne voyant toujours rien se dessiner du côté de sa discothèque, Jean-Charles Wioland décide de se lancer.

Depuis le 8 février, il a repris l’entreprise avec un salarié. “Mon premier métier, c’était routier, donc conduire un camion ne me pose pas de problème, explique Jean-Charles Wioland. Surtout, cela fait du bien de retravailler. Ce qui est un peu dur, c’est que je me lève maintenant à l’heure à laquelle je me suis couché pendant vingt ans !” Avec le beau temps, la demande en matériaux est là. Beaucoup de personnes profitent de la période pour faire des travaux chez eux. 

À quand le bout du tunnel ? 

Si Jean-Charles Wioland est satisfait d’avoir retrouvé une activité, il espère pouvoir rouvrir sa discothèque. “Ce serait bien que l’on arrive à entrevoir le bout du tunnel d’ici la fin de l’année”, dit-il. Mais pas question de rouvrir pour devoir refermer au bout de quelques semaines. Il préfère attendre malgré les difficultés que la situation lui pose.  

Le Point G employait douze salariés. Deux ont retrouvé autre chose, les autres sont en chômage partiel. S’il bénéficie du fond de solidarité, l’aide diminue de mois en mois : “On arrive encore à payer les salaires mais cela devient compliqué”. En attendant des jours meilleurs, son propriétaire a, lui, accepté de reporter les loyers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess