Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La nouvelle éco : à Roche-la-Molière, Issartel résiste plutôt bien aux conséquences de la crise sanitaire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

L'entreprise Issartel de Roche-la-Molière réussit à bien tenir le choc de la crise sanitaire, malgré une baisse du chiffre d'affaires. L'entreprise travaille pour les secteurs de l'énergie et la défense, en produisant par exemple des équipements pour des sous-marins français ou étrangers.

L'entreprise Issartel, à Roche-la-Molière.
L'entreprise Issartel, à Roche-la-Molière. -

A Roche-la-Molière, l'entreprise Issartel semble pour le moment tenir le choc de la crise sanitaire. Issartel est une entreprise spécialisée dans les secteurs comme la défense, le nuclaire et l'énergie, elle fournit par exemple des équipement pour des sous-marins, et des équipements autour du cycle du combustible dans le nucléaire. 

De très nombreux sous-traitants dans la région

Malgré la crise économique et les incertitudes qui secouent la planète, Issartel tient bon explique son patron Denis Bellot. "En ce qui nous concerne, il y a une certaine résilience de nos marchés, nous pouvons travailler toujours et continuer à faire travailler nos sous-traitants", rassure-t-il. "Mais il ne faut pas se cacher, la chaîne reste fragilisée, il y a de gros maillons et de petits maillons, et même quand un petit maillon est fragilisé, toute la chaine est touchée", continue M. Bellot. "En ce qui nous concerne, nous observons une perte d'environ 15% du chiffre d'affaires, mais nous devrions arriver à sauver malgré tout notre année", explique le patron d'Issartel. 

Des difficultés à trouver de la main d'oeuvre 

L'entreprise a reçu des aides régionales en 2019 pour investir, mais Issartel fait avant tout face à des difficultés de recrutement. "C'est difficile", explique sans détours M Bellot. "Le recrutement est un enjeu fondamental. Acheter une grosse machine c'est super, mais il faut pouvoir y mettre le personnel qualifié, et nous avons du mal". "Nous avons beaucoup recours à l'alternance, cela représente entre 5 et 7 voire 8% par an. L'idée est de former des jeunes dès que possible pour qu'ils rentrent dans l'entreprise, mais cela reste un défi du quotidien", conclut le dirigeant d'Issartel. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess