Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La Nouvelle Eco en Dordogne : Le centre médical et dentaire de Périgueux rouvre partiellement ses portes

-
Par , France Bleu Périgord

Michel Sousselier, vice-président de l'association Médecine Périgourdine Humanitaire, était l'invité de la Nouvelle Eco ce mercredi matin. Le centre médical et dentaire de Périgueux qui donne gratuitement des soins aux plus démunis depuis plus de 20 ans, ouvre partiellement ses portes.

Les plus démunis ont un besoin de soins urgent
Les plus démunis ont un besoin de soins urgent © Radio France - Thierry colin

Michel Sousselier, vice-président de l'association Médecine Périgourdine Humanitaire, était l'invité de la Nouvelle Eco ce mercredi matin. Le centre médical et dentaire de Périgueux qui donne gratuitement des soins aux plus démunis depuis plus de 20 ans, ouvre partiellement ses portes.

Vous avez cessé d'aider les plus démunis au début du confinement. cela ne s'est pas fait de gaieté de cœur

On était très triste de fermer mais vous vous rappelez de la situation. On a rouvert des  consultations mais une fois par semaine.

Pourquoi reprenez vous partiellement ?

Nous sommes tous des professionnels de santé mais nous sommes tous bénévoles et la plupart de nos intervenants sont à la retraite.

Comment se passe cette reprise ?

C'est une reprise en douceur car nos patients ne savent que l'on a rouvert. De notre côté, nous respectons les gestes barrières. Bien sûr, on a une signalisation informatique, on limite les contacts entre les patients. 

On reprend uniquement pour la médecine générale, parce qu'au niveau dentaire on doit prendre des précautions maximums...Et nous avons des dentistes qui sont en activité. Ils ont du mal à assurer leurs propres consultations. Vous savez qu'entre deux patients, il faut aérer un quart d'heure. 

Nous verrons fin septembre si on peut recommencer nos consultations dentaires, à condition d'avoir assez de dentistes.

Quelles sont les personnes qui fréquentent votre centre ?

Notre centre vient en aide aux personnes sans domicilie fixe.  Cela ne veut pas dire qu'ils sont sans domicile, ils peuvent loger chez des amis. Plus de 50% de nos patients déclarent n'avoir aucun revenu. Ce sont des publics qui sont en grande précarité.

Leurs pathologies sont spécifiques ?

Pas vraiment. Il y a toujours des pathologies respiratoires. Il y a toujours une attente d'écoute. Ensuite des problèmes gynéco, gastro. Ça ressemble à des pathologies que l'on retrouve chez des généralistes avec des consultations plus longues. Il est courant d'avoir un patient pendant une heure chez nous, parce qu'en suite, si besoin, on l'envoie chez un spécialiste où la prise en charge est également gratuite.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess