Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Pêche au saumon dans le port de Bayonne : l'État condamné à payer

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu

La justice confirme une nouvelle fois l'interdiction de la pêche au saumon, au filet, dans l'enceinte du port de Bayonne.

Les saumons sauvages qui remontent l'estuaire de l'Adour
Les saumons sauvages qui remontent l'estuaire de l'Adour © Maxppp - Jean-Louis Duzert

Pau, France

Le 25 juin 2019 le tribunal administratif de Pau avait déjà répondu favorablement aux requêtes déposées par des associations de pêcheurs à la ligne et de défense de l'environnement. Le tribunal affirmait que la pêche au filet dérivant était interdite dans l'estuaire de l'Adour. L'État avait six mois pour faire respecter cette décision. 

Cette fois c'est le tribunal administratif de Bordeaux, saisi par la SEPANSO 64, la SEPANSO Landes et l'association "Salmo Tierra-salva tierra", qui donne tort au préfet de région. Le tribunal rappelle que "la pêche exercée dans les  limites du port et notamment dans les bassins devait donner lieu à une autorisation délivrée par les préfets des Pyrénées-Atlantiques et des Landes". Le préfet de région ne pouvait prétendre que cette pêche n'était soumise à aucune autorisation administrative, ce qu'il avait fait dans une lettre en date du 10 janvier 2018. 

Le tribunal administratif demande donc au préfet de région de prendre toute mesure pour faire cesser la pêche au sein du port de Bayonne. Et la décision doit s'appliquer dans un délai de deux mois, sachant que la période de pêche au saumon débute en mars. De plus, l'État est condamné à verser 1.500 euros aux associations qui ont saisi le tribunal pour les frais de justice. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu