Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Le bidonville rom de la Petite ceinture à Paris évacué par la police

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu
Paris 18, Paris, France

Les 300 Roms du bidonville de la Petite ceinture ont été évacués ce mercredi matin dans le 18e arrondissement de Paris. Le propriétaire du terrain, SNCF réseau, avait demandé leur expulsion devant la justice.

Les Roms du bidonville de la Petite ceinture ont été évacués mercredi matin
Les Roms du bidonville de la Petite ceinture ont été évacués mercredi matin © Radio France - Sylvain Tronchet

La police a procédé ce mercredi à l'évacuation du bidonville de la petite Ceinture, dans le 18e arrondissement de Paris. Une évacuation qui était programmée depuis la semaine dernière. Du côté de la préfecture de police, on ne faisait pas mystère que l'on allait mettre en oeuvre de façon imminente la décision du tribunal de grande instance qui a ordonné l'expulsion des habitants du lieu sur la demande du propriétaire du terrain, SNCF réseau. Environ 300 Roms, hommes, femmes et enfants sont installés dans des maisons de fortune construites sur les rails désaffectés de la Petite ceinture, une ligne parisienne inutilisée depuis le début des années 90.

Les associations de soutien aux Roms ont pourtant dénoncé une décision qui selon eux, ne fait que repousser le problème un peu plus loin. Une bonne partie des habitants du bidonville ont déjà connu plusieurs expulsions, notamment en Seine-Saint-Denis, et les autorités ne semblaient pas pouvoir leur promettre plus qu'une quinzaine de jours d'hébergement à l'hôtel. Certaines familles iront donc s'installer ailleurs, dans des conditions toujours aussi précaires.Pour la ville de Paris et la préfecture, la situation n'était néanmoins plus tenable, notamment en raison des risques d'incendie.

>> A lire aussi : A Paris, le bidonville rom de la Petite ceinture attend l'expulsion

Suivez la situation en direct :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu