Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La policière blessée au commissariat de Saint-Denis est décédée, son collègue est en garde à vue

mardi 10 avril 2018 à 11:29 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris et France Bleu

Une policière de 25 ans est décédée tôt ce mardi matin, à l'hôpital. Elle avait reçu une balle dans la tête le 20 mars, à l'intérieur du commissariat. L'arme était celle de son collègue, qui a été placé en garde à vue ce lundi.

Le commissariat de Saint-Denis
Le commissariat de Saint-Denis © Radio France - Rémi Brancato

Saint-Denis, France

La policière blessée par balle le 20 mars dernier à l'intérieur du commissariat de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, a succombé à ses blessures, à l'hôpital, indiquent plusieurs sources à France Bleu Paris. La jeune femme, âgée de 25 ans, avait été plongée dans le coma, après avoir reçu une balle dans la tête, le 20 mars au soir, alors qu'elle se trouvait au commissariat, en compagnie de collègues. L'arme était celle d'un autre policier, qui a été placé en garde à vue ce lundi.

Une enquête pour "homicide involontaire"

Le parquet de Bobigny avait ouvert une enquête pour "blessures involontaires", requalifiée en "homicide involontaire", après le décès de la jeune femme, et toujours confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices". Depuis les faits, le policier, "en état de choc", n'avait pas pu être entendu par les enquêteurs de l'IGPN. 

Sa garde à vue a donc débuté près de trois semaines après les faits, afin de permettre aux enquêteurs de confronter le témoignage du policier à ceux recueillis dans le commissariat. Son audition permettra peut-être de déterminer les circonstances du drame. Pour l'instant, on ne sait pas qui tenait l'arme, au moment du tir. Au lendemain du drame, une source expliquait qu'il s'agissait "d'un accident".