Société

La pratique du "doggy bag" a du mal à s'implanter dans la Manche

Par Mélanie Tournadre, France Bleu Cotentin dimanche 25 octobre 2015 à 6:00

Le syndicat national des restaurateurs tente de généraliser le "doggy bag".
Le syndicat national des restaurateurs tente de généraliser le "doggy bag". © Maxppp

Le Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs vient de signer un partenariat avec la société TakeAway pour généraliser l'utilisation du "doggy bag", cette boîte qui permet lorsqu'on n'a pas terminé son repas au restaurant de ramener les restes à la maison.

Le Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs (Synhorcat) vient d'annoncer un partenariat  avec la société TakeAway qui fabrique des boîtes en carton micro-ondables. Le but est simple :  essayer de  généraliser l'utilisation du "doggy bag", cette boite qui permet lorsqu'on n'a pas terminé son repas au restaurant de ramener les restes à la maison.

L'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH) avait déjà  signé le même partenariat avec l'entreprise TakeAway en avril dernier. Les syndicats tentent donc de démocratiser ce système.

Mais voilà dans la Manche, comme un peu partout en France, le "doggy bag" a bien du mal à s'implanter. Cette pratique très courante, depuis de longues années, dans les pays anglo-saxons n'arrive pas à s'installer chez nous.

Les clients voudraient un "doggy bag" mais n'osent pas le demander

Les clients saint-lois interviewés par France Bleu Cotentin avouent "avoir honte" de ramener leurs restes à la maison après un repas au restaurant. Ils n'ont font quasiment jamais la demande.

"On a peur de passer pour des radins, on a honte de demander les restes de notre repas"

 Les restaurateurs manchois peuvent directement commander des boites en carton micro-ondables à la société TakeAway ou s'orienter vers d'autres fabricants. Cependant, ils seraient visiblement très peu nombreux à le faire. Les restaurateurs interviewés à Saint-Lô disent être favorables à cette pratique pour éviter le gaspillage alimentaire mais ils ne proposent jamais à leurs clients un "doggy bag" en fin de repas.

10 millions de tonnes de déchets alimentaires par an en France

Les restaurateurs ne proposent pas, les clients n'osent pas demander. C'est donc un cercle vicieux et la pratique ne s'implante pas. Pourtant depuis plusieurs années, cela fonctionne assez bien pour les bouteilles de vin. Les clients repartent régulièrement avec l'alcool non consommé pendant le repas pour ne pas avoir de problème sur la route ou pour finir de la déguster à la maison. Mais pour la nourriture, c'est plus compliqué.

Certains restaurateurs disent ne pas avoir les moyens aujourd'hui de financer des boites en grande quantité pour permettre de donner aux clients ces fameux "doggy bag" ou "gourmand bag" selon les appellations.

Pourquoi le concept du "doggy bag" ne prend pas dans la Manche ?

Et pourtant, chaque année en France, près de 10 millions de tonnes de déchets alimentaires sont produits, près de 14% par la restauration.  Les syndicats de restaurateurs veulent donc s'inscrire dans la logique du pacte "anti-gaspi" présenté par le gouvernement en 2013 et qui a pour objectif de réduire de moitié le gaspillage alimentaire d'ici à fin 2025.