Faits divers – Justice

La Préfecture du Finistère demande le retour de deux syriens chez eux... avant de faire marche arrière

Par Benjamin Bourgine, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu mardi 20 octobre 2015 à 17:39

Le centre de rétention de Rennes Saint-Jacques
Le centre de rétention de Rennes Saint-Jacques © Maxppp - Jérémy About

Deux ressortissants syriens ont été interpellés dimanche à Roscoff, cachés dans un camion. Ils tentaient de rejoindre l'Angleterre. La Préfecture du Finistère a demandé leur renvoi vers la Syrie, pourtant pays en guerre, avant de faire marche arrière ce lundi, 15 minutes avant l'audience.

Ce sont deux hommes, âgés de 28 et 31 ans. Dimanche matin, les forces de l'ordre les interpellent à Roscoff, à la gare maritime, alors qu'ils projettent de rejoindre Plymouth, en Angleterre. Ils sont montés à bord d'un camion de transport de fret, et sont donc entrés illégalement dans la zone d'accès restreint du port nord-finistérien. Une intrusion passible de poursuites pénales. Dans un premier temps, ils sont identifiés comme ressortissants étrangers en situation irrégulière. La gendarmerie nationale soumet donc la situation à la préfecture du Finistère. Les deux hommes sont* transférés vers le centre de rétention de Rennes Saint-Jacques*, où il leur est notifié l'obligation de rentrer dans leur pays. 

Audience programmée... Mais la préfecture retire ses arrêtés

Un recours est déposé, une avocate est saisie de la situation. Et l'affaire devait se juger à 14h, ce mardi devant le tribunal administratif de Rennes, sauf que la Préfecture du Finistère a choisi de retirer ses arrêtés en début d'après midi. Pour le MRAP en Ille-et-Vilaine, c'est une première : " dans la majorité des cas, les syriens placés en centre de rétention sont renvoyés vers une autre pays européen, celui par lequel ils sont entrés en Europe, explique Carole Bohanne, présidente du MRAP 35. Là, on a trouvé ça énorme que la préfecture du Finistère notifie une décision de ré-admission vers la Syrie, vu l'état dans lequel se trouve le pays. "

31 personnes en ce moment retenues à St-Jacques.

La Cimade, l'association qui intervient sur le centre de rétention de Rennes Saint-Jacques estime que 31 personnes sont aujourd'hui retenues sur ce site. Des Afghans, des Erythréens, des Soudanais, entre autre. Pour certains, il a été aussi notifié des obligations de retour dans leurs pays, même s'ils sont encore en guerre. Un double discours selon le MRAP, et Carole Bohanne : "On enferme des Syriens, mais on ne peut pas les renvoyer dans leur pays. On voit bien ce qui se passe à Calais : on laisse des centaines de Syriens dans des conditions indignes, et en même temps, il y a des beaux discours, des effets d'annonce, où on nous dit qu'il faut accueillir tous les syriens qui cherchent l'asile. Là, ces deux hommes ont été relâchés comme ça, dans une ville inconnue pour eux, on leur a demandé de quitter le centre, mais on ne sait pas comment ils vont continuer leur périple. On va sans doute les retrouver à Calais ou ailleurs, pour tenter de rejoindre l'Angleterre."