Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La préfecture envoie des renforts de gendarmerie à Palavas-les-flots

-
Par , France Bleu Hérault

Alors que la tension est palpable à Palavas-les-flots, suite à une bagarre entre une commerçante, sa famille et des vacanciers survenue vendredi après-midi, la préfecture vient de décider d'envoyer des renforts de gendarmerie pour assurer la sécurité.

Des gendarmes mobiles vont assurer la sécurité à Palavas-les-flots
Des gendarmes mobiles vont assurer la sécurité à Palavas-les-flots © AFP - Loic Venance

A partir de ce dimanche soir, trente gendarmes supplémentaires (gendarmes mobiles et gendarmes d'un détachement d'appui territorial) seront positionnés à Palavas-les-flots, afin d'aider les forces de l'ordre déjà présentes sur place à assurer la sécurité. Il s'agit, pour la préfecture de l'Hérault, de répondre à l'inquiétude et à la colère des commerçants de la ville après une violente rixe survenue vendredi après-midi. 

Il y a deux jours, une bagarre a en effet éclaté devant un commerce entre la propriétaire et un groupe de vacanciers, hommes et femmes. L'enquête tente encore de déterminer la responsabilité de chacun des protagonistes et plusieurs personnes doivent encore être entendues. Le ton serait monté après qu'une touriste se soit assise sans demander sur une chaise, à la terrasse d'un commerce. La commerçante affirme avoir été frappée, ainsi que sa maman et sa grand-mère, selon ses propos rapportés par Midi Libre. Par ailleurs, un policier municipal, qui est intervenu, a lui aussi reçu des coups et a eu "le nez cassé". 

La préfecture précise tout de même que si elle comprend le sentiment d'insécurité des habitants et des commerçants, la situation "est tout de même paradoxale". En effet, les chiffres de la gendarmerie font apparaître "une baisse des infractions depuis le 1er août, de l'ordre de 42%". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des moyens déployés, des sanctions réclamées 

En solidarité après les heurts de vendredi, des commerçants de Palavas ont décidé de baisser le rideau vendredi soir. Ils sont allés, le lendemain, accompagnés de plusieurs habitants, manifester leur mécontentement devant la gendarmerie. Ils ont aussi réclamé plus de moyens pour permettre le retour au calme. Le préfet de l'Hérault a d'ailleurs indiqué qu'il comprenait les demandes initiales, qu'elles étaient légitimes, mais il "condamne fermement les agissements de certains qui ont insulté les forces de l'ordre et jeté des projectiles aux abords du commissariat". 

Sur twitter, ce dimanche matin, le ministre de l'intérieur Gérald Darmanin a de son côté apporté son soutien aux commerçants et a réclamé "la plus grande fermeté". Il y a dix jours, déjà, les commerçants avaient manifesté pour dénoncer les incivilités auxquelles ils sont confrontés en période estivale. Enfin, Jean-Michel Weiss, secrétaire général de la Fédération Autonome de la police municipale dans l'Hérault a publié un communiqué intitulé "Trop, c'est trop". Il "s’insurge contre de tels agissements" (...) "apprécie les propos du Ministre de l’Intérieur, mais attend surtout des sanctions à la hauteur de la gravité des faits." 

"Notre collègue a _plusieurs jours d’ITT", une fracture du nez, et porte une attelle pour son coude et une minerve_, il a de nombreuses contusions liées aux coups qui lui ont été lâchement portés", précise-t-il. Avant d'ajouter : "s’attaquer à un policier municipal doit faire l’objet d’une réponse pénale immédiate et ferme"

Une saison particulière et tendue 

Président de l'association de commerçants "Les deux rives" à Palavas, Malek Belkhiter tien le restaurent "Va Bene". "Solidaire de tous les commerçants", il confirme une recrudescence des incivilités, cet été.  Il se réjouit de l'envoi des forces de l'ordre, mais estime que "c'est un peu tard" : Cela fait deux mois qu'on les demande. Là, c'est la fin de saison, il reste dix jours, il aurait fallu les envoyer avant. Cela va permettre de finir la saison tranquillement, mais il les aurait fallu début juillet (...) Cela va quand même changer les esprits, calmer tout le monde. L'année prochaine, il faudrait anticiper, voir avec la mairie pour mettre plus de services d'ordre le soir et la journée (...) Après, c'est _une année exceptionnelle_, une année Covid, personne n'est parti en Espagne, certaines frontières étaient fermées, les boîtes de nuit étaient fermées, on s'est retrouvé avec une recrudescence de jeunes qui ne savaient pas quoi faire non plus".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess