Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La présidence de l'université de Nantes maculée de peinture

jeudi 8 mars 2018 à 8:59 Par Pascal Roche, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Après l'expulsion des migrants qui occupaient des bâtiments d'une faculté de Nantes, la présidence de l'université a été prise pour cible dans la nuit de mercredi à jeudi, la façade a été maculée de peinture.

La présidence de l'université de Nantes prise pour cible dans la nuit de mercredi à jeudi
La présidence de l'université de Nantes prise pour cible dans la nuit de mercredi à jeudi © Radio France - Maxime Bossonney

Nantes, France

La façade de la présidence de l'université de Nantes située en bord de Loire à proximité du pont haudauline a été recouverte de peinture orange dans la nuit de mercredi à jeudi. Le ou les auteurs, anonymes, ont également tagué le mot "expulseurs" sur le mur.

Les murs du rez-de-chaussée maculés de peinture - Radio France
Les murs du rez-de-chaussée maculés de peinture © Radio France - Maxime Bossonney

Cette dégradation est perpétrée au lendemain de l'évacuation par la police d'une centaine de migrants qui occupaient deux bâtiments de l'université sur le campus du Tertre, une opération condamnée par de nombreuses associations et collectifs pro-migrants.

Le mot "expulseurs"' tagué sur la façade après l'évacuation des migrants sur le campus du Tertre - Radio France
Le mot "expulseurs"' tagué sur la façade après l'évacuation des migrants sur le campus du Tertre © Radio France - Maxime Bossonney