Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La présidente du tribunal de commerce de Bordeaux mise en examen pour prise illégale d'intérêts

-
Par , France Bleu Gironde

Anne-Claire Salace et son mari Gérard Sahuquet, commissaire-priseur, ont été mis en examen pour prise illégale d'intérêts et recel de prise illégale d'intérêts. En 2016, à plusieurs reprises, la juge aurait participé à nommer son mari pour intervenir dans des procédures judiciaires.

Le palais de la Bourse à Bordeaux, qui abrite le tribunal de commerce
Le palais de la Bourse à Bordeaux, qui abrite le tribunal de commerce © Maxppp - Tardivon JC

Bordeaux, France

La présidente du tribunal de commerce de Bordeaux, Anne-Claire Salace, a été mise en examen pour "prise illégale d'intérêts". Son mari, Gérard Sahuquet, est lui aussi mis en examen pour "recel de prise illégale d'intérêts" selon le parquet de Bordeaux. Le couple a été placé sous contrôle judiciaire.

Une plainte qui se retourne contre la présidente ?

Tout est parti de la démission fin 2018 d'un ancien juge du tribunal de commerce, Nicolas Zirn. Dans sa lettre de départ envoyée à la présidente Anne-Claire Salace, il l'accuse de manquer à son devoir de neutralité. Celle-ci aurait alors porté plainte pour diffamation. Entendu par la police judiciaire en décembre 2018, Nicolas Zirn a apporté des preuves de ce qu'il avançait dans sa lettre. Une enquête préliminaire a alors été ouverte, mais ce dernier assure qu'il n'était pas au courant.

Selon le journal Sud Ouest, en 2016, Anne-Claire Salace aurait participé à 14 jugements d'ouverture de procédures collectives dans lesquelles son mari, commissaire-priseur, a été désigné pour intervenir, ce qui entrerait en contradiction avec le code de l'organisation judiciaire.

Choix de la station

France Bleu