Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Tempête de neige du 14 novembre 2019 en Drôme et en Ardèche

Neige à Valence : la prison dans le noir complet pendant cinq heures

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

La nuit de jeudi à vendredi a été compliquée pour les 11 surveillants pénitentiaires de la prison de Valence. La neige a provoqué une coupure d'électricité pendant plusieurs heures. Impossible d'accéder aux cellules des 464 détenus.

La prison de Valence a été privée d'électricité pendant cinq heures à cause de la neige.
La prison de Valence a été privée d'électricité pendant cinq heures à cause de la neige. © Maxppp - Stéphane MARC

Valence, France

À 22 heures, jeudi soir, le centre pénitentiaire a été plongé dans le noir total pendant cinq heures. La neige a provoqué une coupure d'électricité. "Le problème, c'est que les deux groupes électrogènes ne se sont pas mis en route", explique Sylvain Royere du syndicat UFAP Unsa Justice. Les 11 surveillants pénitentiaires n'ont même pas pu utiliser leurs lampes torches, elles aussi à plat

Cinq heures sans électricité

Le centre pénitentiaire de Valence qui accueille 464 détenus est une prison dernière génération. Tout fonctionne de manière électronique via des tablettes tactiles. Les portes du bâtiment ne s'ouvraient plus ce qui empêchait les surveillants d'accéder aux cellules. "Tout était bloqué, explique Sylvain Royere. Les détenus n'avaient plus de chauffage, de téléviseur,ça commençait à taper dans les portes. La situation était très compliquée"

Sylvain Royere, secrétaire régionale adjoint de la région de lyon de l'UFAP Unsa Justice.

Des techniciens sont arrivés vers 3 heures du matin et ont pu faire démarrer les groupes électrogènes mais cette intervention a été trop longue pour le syndicat UFAP Unsa Justice. "Les surveillants ont récupéré des clés d'intervention qui nous permettent de faire des ouvertures mécaniques mais nous n'avons pas fait assez d'exercice pour ce cas de figure", regrette Sylvain Royere. 

Des ERIS, Équipes régionales d'intervention et de sécurité, ont prêté main forte aux surveillants en cours de nuit pour assurer la sécurité à l'intérieur du bâtiment. Des portes sont encore ce vendredi bloquées. Comme l'explique Sylvain Royere, "certaines tablettes se sont mises en carafe"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu