Faits divers – Justice

La prison est-elle efficace pour lutter contre la récidive?

France Bleu Alsace mercredi 4 juin 2014 à 11:50

Christiane Taubira
Christiane Taubira © REUTERS/Charles Platiau

C'est un projet de loi controversé qui est examinée depuis mardi à l'Assemblée Nationale : la réforme pénale qui prévoit la suppression des peines plancher et la création d'une nouvelle peine, la contrainte pénale, alternative aux peines de prisons classiques.

Retrouvez l'interview en intégralité d'Arlette Grosskost, députée UMP

Retrouvez l'interview en intégralité de Bastien Peden, agent de probation

La ministre de la Justice Christiane Taubira défend à l'Assemblée nationale depuis mardi sa réforme pénale. Le projet prévoit la suppression des peines plancher créées sous Nicolas Sarkozy et la création d'une nouvelle peine, la contrainte pénale.

Le condamné n'irait plus automatiquement en prison mais serait soumis à un ensemble d'obligations et d'interdictions. La contrainte pénale est en fait une peine de probation d'une durée comprise entre six mois et cinq ans exécutée en milieu ouvert, c'est-à-dire en dehors de la prison. Elle serait mise en oeuvre immédiatement dès le prononcé de la peine. "Il ne s'agit pas de supprimer l'emprisonnement", précise Bastien Peden, agent de probation, membre du syndicat snepap-fsu. "Mais des études ont montré que les courtes peines peuvent augmenter la récidive. Les détenus qui passent quelques mois en prison peuvent tout perdre à leur sortie, leur famille, leur travail, leur logement et se retrouver en situation encore plus difficile qu'avant l'incarcération."

L'opposition vent debout contre cette réforme

La droite est vent debout contre une réforme jugée laxiste. Un élu UMP la même rebaptisé "la loi de l'impunité" . Christian Estrosi, député UMP des Alpes-Maritimes s'insurge et estime que "6 000 délinquants seraient libérés rapidement" en cas d'adoption de cette réforme pénale, "c'est une incitation à la délinquance" . Même son de cloche du côté d'Arlette Grosskost. La députée UMP haut-rhinoise estime que la mise en place de cette réforme "reviendrait quelque part à ouvrir les prisons. Les petits délinquants pourraient exécuter leur peine à l'extérieur, c'est dangereux." Selon la députée, d'autres peines aménagées ont déjà été tentées dans la plupart des cas, sans succès, "les laisser dehors n'évitera pas la récidive."