Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La protection judiciaire de la jeunesse cherche des familles d'accueil dans le Cambrésis et le Douaisis

jeudi 15 février 2018 à 3:14 Par Rafaela Biry-Vicente, France Bleu Nord

La protection judiciaire de la jeunesse recrute des familles pour accueillir des jeunes délinquants de 13 à 18 ans pour les accompagner pendant quelques mois avec l'aide d'éducateurs joignables 24h/24.

Lila accueille depuis janvier un jeune de 16 ans
Lila accueille depuis janvier un jeune de 16 ans © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

Douai. Cambrai

La PJJ utilise de plus en plus des hébergements diversifiés pour les mineurs délinquants de 13 à 18 ans que la justice lui confie, en plus de ses structures collectives. Elle dispose donc de studios pour les jeunes les plus âgés, elle propose aussi des suivis au domicile des adolescents ou encore des familles d'accueil. Il y en a déjà une dizaine dans le Nord, et l'Etablissement de placement éducatif du Hainaut cherche aujourd'hui 6 familles dans le Douaisis et le Cambrésis.

Pour devenir famille d'accueil, il faut bien évidemment ne pas juger ces jeunes, avoir un casier judiciaire vierge, une chambre pour l'adolescent pour qu'il puisse avoir son espace privé, des valeurs éducatives, et sinon il n'y a pas de profil type. On trouve des retraités, des actifs qui n'ont plus leur enfant à la maison, ou encore des familles monoparentales qui veulent donner un coup de main à des jeunes. Elles ne sont pas salariées comme pour l'Aide Sociale à l'enfance, l'ASE, gérée par les conseils départementaux mais elles ont un statut de bénévoles indemnisées à hauteur de 36 euros par jour pour couvrir les frais d'hébergement et de nourriture, le reste est pris en charge par la PJJ.

Pour certains jeunes cette formule famille d'accueil est un vrai plus, car un placement en structure collective peut l'entrainer dans une spirale de délinquance explique Clarisse Taclet la directrice de l'EPE, et le fait d'être dans un cadre familial plus doux peut leur permettre de se relancer.

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Un accompagnement des éducateurs joignables 24/24 7 jours sur 7

Lilla, élève seule ses 4 enfants à Douai, elle était avant assistante familiale pour l'ASE, et depuis fin janvier elle accueille un jeune délinquant de 16 ans.

Les gens ont peur mais non ! ça reste un enfant et moi mon but c'est de l'accompagner quoiqu'il ait fait et  lui dire qu'il peut réussir dans la vie même si à un moment il a un peu perdu les pédales

Dès son arrivée, elle a fixé les règles au jeune, pas de sortie le soir, respect des tâches familiales, etc, et depuis il n'y a pas de problème avec l'adolescent qui a dégoté un stage

Il me dit, j'ai pas l'habitude qu'on s'occupe de moi, toi tu prends le temps, tu t'intéresses à ce que je suis, à ce que je fais, c'est important pour lui, ça l'aide à avancer plus sereinement

En cas de problème, Lila peut compter sur les éducateurs qui suivent le jeune, elle peut les appeler 24/24, 7 jours sur 7, de quoi la rassurer. Et en cas de gros souci, le jeune peut retourner à tout moment dans une structure collective.

Les familles recrutées par l'EPE seront invitées à des groupes de parole pour partager leur expérience.

Si vous voulez candidater vous pouvez appelez le 06.72.28.74.96 ou envoyez directement votre CV à clarisse.taclet@justice.fr