Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Immeubles effondrés à Marseille

Immeubles effondrés à Marseille : la psychose des mal-logés

jeudi 8 novembre 2018 à 19:08 - Mis à jour le jeudi 8 novembre 2018 à 20:28 Par David Aussillou, France Bleu Provence

Depuis l'effondrement des immeubles de la rue d'Aubagne, de nombreux Marseillais craignent de subir le même sort un jour. La municipalité reçoit chaque jour des signalements d'habitants inquiets.

Façades de la rue d'Aubagne à Marseille, après l'effondrement de plusieurs immeubles
Façades de la rue d'Aubagne à Marseille, après l'effondrement de plusieurs immeubles © Maxppp -

Marseille, France

En 24 heures ce mercredi, la mairie de Marseille a dû intervenir 37 fois dans des immeubles ou des habitants craignaient pour leur sécurité. À quatre reprises, il a fallu faire évacuer les bâtiments. Depuis le drame du quartier de Noailles, des Marseillais vivent dans la crainte. "Ils sont nombreux à être logés dans des immeubles dans le même état que ceux de la rue d'Aubagne, raconte Linda, une habitante de Belsunce. Je connais des personnes âgées qui ont peur et qui ne sortent plus". 

Des Marseillais traumatisés

Quelque 40.000 logements seraient insalubres à Marseille d’après un rapport rendu au gouvernement en 2015, mais contesté par la municipalité. Dans la rue Thubaneau, à deux pas de la rue d'Aubagne, Farida reconnait qu'elle scrute chaque jour les fissures de son immeuble. "J'arrête pas de regarder la toiture. Je ne suis pas rassurée, dit-elle. Mais c'est quand même triste d'attendre qu'il y ait un drame". 

Sur cette carte datant de 2018 de la Soleam, publiée par nos confrères de Marsactu, les numéros 63 et 67 de la rue d'Aubagne, qui se sont effondrés lundi, étaient en rouge sombre pour "présomption de péril ou d’insalubrité", le numéro 65, écroulé lui aussi, était en orange, pour "logement indécent".

Le quartier de Noailles et ses logements dangereux - Aucun(e)
Le quartier de Noailles et ses logements dangereux - Marsactu