Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"La purge" dans l'Essonne : des violences urbaines en marge de la soirée d'Halloween

jeudi 1 novembre 2018 à 1:04 - Mis à jour le jeudi 1 novembre 2018 à 17:01 Par Valentin Dunate, France Bleu Paris et France Bleu

Selon France Bleu Paris, plusieurs patrouilles de policiers ont été attaquées et des magasins pillés dans l’Essonne. Le ministre de l’Intérieur avait annoncé une mobilisation renforcée des forces de l’ordre après la diffusion sur les réseaux sociaux de messages appelant à "une purge" des policiers.

Plusieurs vidéos de scènes de violences urbaines ont circulé sur les réseaux sociaux ce mercredi 31.10.18
Plusieurs vidéos de scènes de violences urbaines ont circulé sur les réseaux sociaux ce mercredi 31.10.18 - Capture d'Ecran Tweeter

Essonne, France

Pour les policiers habitués aux interventions le soir d'Halloween, les événements survenus ce mercredi 31 octobre 2018 ont été particulièrement violents dans plusieurs secteurs de la région parisienne. Soixante-huit personnes ont ainsi été interpellées en Seine-Saint-Denis selon Rocco Contento, responsable syndical de SGP Police, 36 dans le Val-de-Marne. Il y a eu aussi des interpellations à Paris. Mais c'est surtout dans l'Essonne que les scènes de violences urbaines ont marqué les esprits.

Des magasin pillés, des policiers agressés à l'acide

A Étampes, un magasin Intersport a été pillé par une vingtaine de personnes cagoulées, des employés ont également été agressés. Un peu plus tard, toujours à Étampes, (dans les quartiers de Guinette et Guettard), des policiers ont reçu des tirs de mortiers lors d’une intervention sur une voiture en feu.  

Autre pillage, à Montgeron cette fois : 20 personnes toujours cagoulées ont pris d’assaut une épicerie dans un centre commercial (La Forêt). Des bouteilles d'acide ont été jetées en direction des policiers qui intervenaient sur place. Une adolescente de 13 ans, soupçonnée d'avoir jeté l'un de ses projectiles, a été arrêtée aussitôt. France Bleu Paris apprend ce jeudi qu'une deuxième mineur, également soupçonnée d'avoir jeté une bouteille d'acide, a été interpellée.  

Barres de fer, hache et fusil

Autre lieu, autres violences urbaines : à Saint-Michel-sur-Orge, 40 individus armés de barres de fer ont commis des dégradations. Le groupe s'en est pris au mobilier urbain. Des violences urbaines ont également été signalées aux Ulis (des jets de pierre, un tir de mortier), à Vigneux mais également à Draveil.  

Enfin, deux autres événements ont été signalés sans que l’on sache (à cette heure) s’ils ont ou non un lien avec ces appels à la violence diffusés sur les réseaux sociaux. 

A Massy, trois individus ont été interpellés pour un vol de voiture avec violence, l’un d’entre eux portait une hache et à Evry, 10 personnes sont entrées dans un bar, avec un fusil à canon scié. Deux personnes ont été blessées, un client et le gérant du bar. Il s'agirait d'un règlement de compte.

François Durovray président de l'Essonne pose la question de la sanction des mineurs

François Durovray a réagi sur France Bleu ce jeudi midi. Le président du conseil départemental de l'Essonne constate que les perturbateurs sont des mineurs de plus en plus jeunes et très violents. "Il faut que la société ait une réponse, dit-il. 

Il voudrait revoir l'ordonnance de 1945 qui fait que les mineurs ne peuvent pas être poursuivis ni par la police ni par la justice. 

"Il ne s'agit pas de mettre les mineurs en prison, précise François Durovray, en revanche il faut qu'il y ait une réponse qui soit donnée et aujourd'hui la loi ne le permet pas. Il faut que la loi évolue pour que la police et la justice aient les moyens de, si possible de prévenir et si besoin de sanctionner les actes dont nous avons connaissance aujourd'hui".

Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France, souhaite des sanctions exemplaires