Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : Coronavirus Covid-19

Le confinement en France, un modèle "autoritaire" à la chinoise selon un chercheur breton

Invité de France Bleu Armorique et de France Bleu Breizh Izel ce jeudi, Jocelyn Raude, enseignant-chercheur à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique de Rennes, est assez critique sur les mesures mises en place en France pour lutter contre le coronavirus. Interview.

Certains portent déjà des masques dans la rue
Certains portent déjà des masques dans la rue © Radio France - Jérémie FULLERINGER

Jocelyn Raude, enseignant-chercheur à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) à Rennes, était l'invité de France Bleu ce jeudi. Le Breton est assez critique envers la gestion de la crise en France. 

France Bleu : vous travaillez en ce moment avec vos collègues espagnols et italiens à l'étude de cette crise sanitaire du coronavirus, quel est votre premier constat?

Jocelyn Raude : Après un mouvement de panique initial dans la population et au plus haut niveau de l'Etat, probablement du à un certaine impréparation due à un événement pandémique qu'on n'attendait pas à cette ampleur ni à ce moment là, et qui s'est traduit par ce qu'on observe depuis quelques semaines : un manque de masques, dans un premier temps, un manque de lits, de matériel de réanimation, qui a suscité une forme de désordre dans la gestion des premières semaines de la pandémie. Cela a aussi abouti à la mise en place d'un confinement extrêmement sévère par rapport à ce qu'on pouvait observer dans d'autres pays d'Asie. 

On a un peu suivi en France, et dans d'autres pays européens, le modèle autoritaire chinois, fondé sur la répression, la stigmatisation des mauvais citoyens, la peur du gendarme. On n'a pas questionné la pertinence de ce modèle, qui est un modèle essentiellement du XIXe siècle. C'est un modèle de quarantaine pour tous avec lequel on régulait les grandes épidémies de choléra au XIXe siècle. Si l'on compare avec les pays d'Asie et d'autres pays européens, on constate que dans les pays les plus avancés (Taiwan, Japon, Corée du Sud), on a une approche plutôt individuelle, fondée sur l'isolement des malades, ce qu'on n'a pas fait tout de suite en France, mais qu'on commence à faire, avec l'isolement des malades et le suivi de leurs contacts.

Ce confinement fait ressortir le meilleur comme le pire...

Oui comme toujours, les phénomènes de crise aiguë font ressortir le pire et le meilleur de l'humanité. Le meilleur c'est la solidarité, l'altruisme, l'entre-aide dans les immeubles pour les courses par exemple. C'est admirable. On a pu voir aussi comment les personnels de santé se mobilisaient alors qu'avant la crise l'hôpital était en difficulté. Il y a une forme de résilience, de l'héroïsme de la part des personnels de santé qu'on salue d'ailleurs tous les soirs dans les grande villes.

Et en même temps, on a pu voir de la délation, de la méfiance, des dénonciations notamment encore du personnel de santé. Cela ne fait pas ressortir le plus beau de l'humanité.

La prévention qui s'est mise en place nous a fait perdre de vue l'essentiel. Il y a eu une forme d'amateurisme et de jusqu’au-boutisme au niveau central mais aussi local avec la mise en place par endroits de couvres feux, ou des interdictions de sortir comme à Paris.

Alors que ce qui est important pour lutter contre une épidémie, c'est l'évitement des contacts physiques rapprochés, c'est le principal.

Il faut rappeler qu'une des premières choses qu'on a faites, ce fut de fermer les parcs, les forets, les plages alors que ce sont des lieux où on risque moins de se faire contaminer. A l'inverse, on a pas isolé les malades et donc, malgré le confinement, ils ont continué à contaminer les membres de leurs familles. C'est pour cela que la courbe des malades a continué à augmenter jusqu'à aujourd'hui. C'est un grand paradoxe dans les mesures de prévention de ces dernières semaines<;

La France a eu un approche rigoriste, qui est de mon point de vue critiquable sur le plan de la santé publique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu