Faits divers – Justice

La randonneuse sauvagement attaquée à Chichilianne en Isère témoigne : "Le chien est devenu fou"

Par Léopold Strajnic et Véronique Pueyo, France Bleu Isère mardi 30 août 2016 à 6:00

Nadine Desmoulins, victime d'une attaque de chiens de berger le 13 août dernier
Nadine Desmoulins, victime d'une attaque de chiens de berger le 13 août dernier © Radio France - Véronique Pueyo

Cette femme de 59 ans a cru sa dernière heure arrivéé le 13 août dernier. Grièvement mordue par deux chiens qui appartenaient à un berger de Chichilianne, elle témoigne aujourd’hui sur France bleu Isère et francebleu.fr.

La vie de Nadine Desmoulins a failli basculer le 13 août dernier sur les hauteurs de Chichilianne dans le Trièves. Ce chemin de randonnée, entre le village de Chichilianne et le col du Prayet, cette Grenobloise le connaît comme sa poche, ses parents habitent la commune. La randonneuse l’a emprunté des dizaines de fois. Arrivée au niveau de la bergerie, le comité d’accueil n’est pas amical. C’est un Matin espagnol, une race utilisée autrefois pour la transhumance des bergers espagnols, et le mâle peut peser jusqu’à 100 kilos. Pas rassurée, Nadine cherche à stopper le grand canidé à l’aide de son bâton de marche, c’est à ce moment-là que tout a basculé.

"Le chien est devenu fou" raconte la victime. Il est rejoint par un autre chien, un Beauceron tout aussi agressif. 'Ils m’ont attaquée avec leurs crocs, les jambes dessus, dessous, sous les bras… les fesses aussi".

→ À lire aussi : Deux chiens blessent grièvement une randonneuse dans le massif du Vercors

→ À lire aussi : Chichilianne : le choc des habitants et des bergers après l'attaque de chiens contre une promeneuse

100 points de suture

"Je ne voulais pas mourir comme ça" explique Nadine qui ne parvient pas à oublier ces images.

"Le beauceron avec sa grande chaîne, c’était une vision de cauchemar" raconte la quinquagénaire qui poursuit  : " J’ai grogné moi-même pour tenter de les chasser".

Combien de temps a duré l’attaque, une éternité pour Nadine, qui parvient à échapper aux mâchoires des deux molosses et à rejoindre malgré ses profondes blessures la route la plus proche où un automobiliste lui portera secours. "Si je témoigne sans haine, c’est pour trouver enfin des solutions avec le pastoralisme, les loups, les randonneurs". Et Nadine d’ajouter :  "Je pense toujours que le plus beau métier du monde est celui de berger".

Partager sur :