Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La relance éco : à Annemasse, le centre commercial d'Etrembières a retrouvé ses clients

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Au lendemain de l'annonce de la suppression de 400 postes chez Camaïeu, on prend des nouvelles de "Shopping Etrembières", à Annemasse, près de trois mois après le déconfinement.

Le plus gros centre commercial frontalier avec la Suisse
Le plus gros centre commercial frontalier avec la Suisse

A Annemasse, Shopping Etrembières est le plus gros centre commercial de la frontière suisse avec 50 boutiques et 5000 à 6000 clients par jour en moyenne. Des pointes à 13.000 clients le samedi ! Cela, c'était avant la Covid-19.

Comment se porte la fréquentation du centre commercial ?

Christian Garcia, le responsable du centre commercial  : On est revenu à la fréquentation d'avant le confinement. Et c'est un soulagement, car ce n'était pas gagné d'avance. Mais cela n'est pas tout à fait comme avant. Le samedi a perdu un peu au profit de la semaine. 

On évite la cohue ? 

Exactement. Les flux sont plus répartis. 

Autant de monde... Mais ces clients consomment-ils autant ? 

Le secteur du textile est celui qui souffre le plus, même si les soldes décalés en juillet ont bien fonctionné. Les soldes ont estompé la spirale négative. On voit tout de même les difficultés de Camaïeu, Celio ou Un jour ailleurs. Signal positif pour l'avenir : la reprise par des investisseurs. Certains Camaïeu sont repris. Naf-Naf aussi a été repris il y a quelques semaines.  

Il y a des secteurs qui souffrent de part les contraintes sanitaires ?

La mise en place technique de ces mesures prend du temps et donc on a moins de clients. C'est le cas de la coiffure. Et de la restauration. Logiquement, on peut satisfaire moins de clients. 

Qui tire son épingle du jeu ?

Le sport évidemment. La France s'est mise au sport durant le confinement. A cause aussi de la fermeture des salles de sports, les Français se sont équipés, aussi bien en vêtements qu'en matériel. La vente de bijoux est aussi très performante. 

Vous êtes passés au milieu de l'été au masque obligatoire ?

L'obligation est intervenue le 1er août en plein week-end férié en Suisse. On ne savait pas trop comment les Suisses allaient appliquer la loi française et il n'y a eu aucun problème de ce côté-là. Nous avions par ailleurs embauché des agents de sécurité supplémentaires, car on redoutait qu'il y ait des tensions. Et finalement, à part quelques rappels à l'ordre, tout s'est bien passé, le masque est rentré dans les mœurs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess