Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : La relance éco, France Bleu à l’heure du déconfinement

"La Relance Éco" : dans l'Indre le Medef tente de préserver les PME avec des outils innovants

-
Par , France Bleu Berry

Appel pour une redistribution directe d'une partie des plans d'urgence lancés par le gouvernement, mais aussi lancement des dispositifs locaux pour préserver l'emploi et les compétences dans le département. Après la crise du coronavirus. Le Medef se mouille pour les PME.

Guy Pépin, président du Medef de l'Indre
Guy Pépin, président du Medef de l'Indre © Radio France - Régis Hervé

L'Indre est en Centre-Val de Loire, le département comptant le plus d'entreprises liées au secteur de l'aéronautique une fierté industrielle qui en ces temps post confinement tourne à l'aigre. La filière meurtrie par l'arrêt quasi total du trafic aérien pendant le confinement peine à redémarrer. Un phénomène qu'on constate aussi dans le secteur de l'automobile qui lui aussi fait vivre beaucoup d'entreprise de l'Indre. Des sous-traitants de rang 1 voire 2 ou 3 se retrouvent donc avec des carnets de commande vides mais des salariés à payer. 

Préserver et maintenir les compétences sur le territoire 

Pour éviter l'écueil d'un plan social, douloureux, long coûteux et contre-productif. Dans l'attente d'une reprise le Medef de l'Indre en partenariat avec la Direccte mais aussi Châteauroux Métropole et le groupement d’employeurs Alisée  ont développé un nouvel outil pour permettre aux entreprises en difficulté de réduire leurs charges salariales tout en permettant à d'autres société du département d'en trouver  facilement. L'idée est très simple elle consiste en un partage temporaire des salariés volontaires qu’une entreprise peut "prêter" à une autre. 

C'est en ce sens qu'un site Internet,Boulevard des Talents partagés a été mis en place. cette plateforme en ligne permet d'offrir plus de souplesse et de visibilité à ce modèle de coopération inter-entreprises. Le service à destination des entreprises de tout le département de l’Indre est totalement gratuit.  Le site permet la géolocalisation de l’entreprise solliciteuse pour une plus grande efficacité (le confort des salariés est privilégié, les offres en doivent pas être trop lointaines et le salarié doit, de toutes façons, donner son accord

Cet outil imaginé avant le confinement se révèle en  tout cas à point nommé et offre une nouvelle opportunité aux dirigeants ou aux responsables RH de faire matcher leurs besoins ponctuels et les talents potentiels disponibles. 

Un nouveau mode de coopération

Pour les porteurs du projet tout le monde est gagnant avec ce système nouveau de coopération. L’entreprise en demande y gagne, le temps de ses besoins. L’entreprise qui partage son salarié y gagne, en conservant celui-ci et en lui permettant – par le biais de cette expérience – de diversifier et développer ses compétences dans un autre cadre de travail, tout en gérant au mieux ses flux d’activité. Le salarié lui-même y gagne en bénéficiant d’un dispositif sécurisé encadré par la loi, et en conservant son emploi dans son entreprise d’origine en évitant les situations de sous-emploi. Enfin, c’est le territoire qui y gagne, tant au niveau de son attractivité que de l’employabilité.

Pour les entreprises, c’est également une bonne façon de s’inscrire dans une démarche Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). Pour le salarié, la feuille de paie ne change pas. Son bulletin de salaire reste identique, la transaction entre les entreprises se fait sur la base d’une facturation de main d’oeuvre de la prêteuse à la demandeuse.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu