Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La relance éco : les brasseurs loirétains d'Octopus ont créé une bière du déconfinement

-
Par , France Bleu Orléans

Emilie Poisson et Xavier Lorigny ont fondé leur brasserie artisanale, Octopus, il y a sept ans à Chaingy, entre Orléans et Meung sur Loire. Ils produisent aujourd'hui 170 000 litres de bière par an. Leur dernière création, liée à l'actualité, évidemment : Inky le Poulpe, la bière du déconfinement.

Emilie Poisson et Xavier Lorigny, les créateurs de la brasserie Octopus à Chaingy
Emilie Poisson et Xavier Lorigny, les créateurs de la brasserie Octopus à Chaingy © Radio France - Anne Oger

Comme les autres entreprises du Loiret, Octopus a accusé le coup, quand le confinement a été décidé, le 16 mars dernier, face à l'épidémie de coronavirus. D'autant qu'Emilie Poisson et Xavier Lorigny, les deux fondateurs de cette brasserie artisanale installée à Chaingy, commençaient à voir les effets de l'arrivée de leurs bières dans les bars et les restaurants d'Orléans. L'an dernier ils ont produit 170 000 litres, l'activité est en hausse constante. 

Alors bien sûr la fermeture de ces bars et restaurants a été un coup dur, comme l'annulation des festivals et des rassemblements estivaux. Même si la vente à la boutique et les livraisons ont pris le relais, avec de nouveaux clients, décidés à soutenir les producteurs locaux, le coup d'arrêt a été réel. D'autant qu'Octopus avait ouvert deux ans plus tôt à Cap Saran Octopub, un "brewpub" pour valoriser ses bières et celle des autres. Un bar qui bien sûr a dû fermer le 14 mars, comme tous les autres.

L'histoire d'Inky le Poulpe

Mais dès le déconfinement, le couple a décidé de rebondir, et a même préparé sa "libération" comme le dit Emilie Poisson. En inventant une bière, Inky le Poulpe, "la bière du déconfinement". Octopus est habitué à proposer à ses clients des bières du moment, en plus de ses produits phare, comme la 1429, une bière créée en hommage à Jeanne d'Arc. Ce sont des bières éphémères, créées au fil des saisons ou de l'inspiration du moment. 

"On a demandé à nos clients de trouver un nom à cette bière, à travers un petit concours organisé sur les réseaux sociaux" raconte Emilie. "C'est Thomas qui a gagné, avec l'histoire d'Inky le poulpe, qui en Nouvelle-Zélande s'était échappé de son aquarium. C'était un beau symbole de notre libération". Et dans cette bière on a mis de la coriandre et du sel rose de l'Himalaya, deux produits assez inhabituels"

De la coriandre et du sel de l'Himalaya

Mais pourquoi de la coriandre et du sel de l'Himalaya ? Ca c'est la touche du brasseur, Xavier Lorigny. "Je voulais quelque chose qui évoque les grands espaces, la mer, toutes ces choses dont on a été privés. Et puis j'ai eu le temps d'y réfléchir, de penser à ce que je voulais. Là comme on était privés d'une partie de notre activité, on avait du temps. Et tout n'a pas repris, on vend par exemple nos bières à l'Orléans Loiret Basket. Tant qu'ils n'ont pas repris les matchs on ne peut rien faire !" 

La bière Inky le Poulpe ne sera malgré tout qu'une bière éphémère, à édition limitée. Mais toutes les autres resteront en vente à la boutique d'Octopus, à Chaingy sur la N152, la route de Blois, et sur son site internet

Choix de la station

À venir dansDanssecondess