Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La relaxe pour deux châteaux viticoles du Bordelais jugés pour des épandages près d'une école à Villeneuve

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Le tribunal correctionnel de Libourne a relaxé mardi deux châteaux viticoles de Villeneuve, dans le Blayais, poursuivis pour "utilisation inappropriée de produits phytopharmaceutiques".En mai 2014, 28 élèves et une enseignante d'une école voisine avaient été victimes de malaises après des épandages.

La salle d'audience du tribunal de Libourne.
La salle d'audience du tribunal de Libourne. © Radio France - Camille Huppenoire

Libourne, France

Le tribunal correctionnel de Libourne a prononcé mardi après-midi la relaxe pour deux châteaux viticoles impliqués dans une affaire d'intoxication présumée aux pesticides à Villeneuve, dans le Blayais, les châteaux Castel La Rose et Escalette. En mai 2014, 28 élèves et une enseignante de l'école voisine avaient été victimes de malaises après l'épandage de produits phytosanitaires dans les vignes. Deux associations de défense de l'environnement s'étaient portées parties civiles, la SEPANSO et Générations Futures. Elles ont donc perdu cette bataille judiciaire, la première du genre en France.

Lors de l'audience, le 20 mars dernier, la procureure avait requis la relaxe pour les deux propriétés viticoles, estimant "qu'il n' y a aucune certitude sur le lien de causalité entre les épandages et les malaises" et que "le doute doit profiter aux accusés". Les juges du tribunal de Libourne ont donc suivi ses arguments.

Les parties civiles ne s'avouent pas battues : même si elles ont perdu la bataille au pénal, elles vont faire appel du jugement sur les intérêts civils. Ce sera l'occasion, selon François Ruffié, avocat de la SEPANSO, de revenir sur le fond du dossier. Alors que pour les avocats de la défense, Sophie Clavel (pour le château Escalette) et Michel Gadrat (pour le château Castel La Rose), en prononçant la relaxe, le tribunal correctionnel de Libourne exonère les deux châteaux viticoles de toute responsabilité dans cette affaire.