Faits divers – Justice

La relaxe pour les sept opposants à la loi Travail jugés par le tribunal correctionnel de Dijon

Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne lundi 30 janvier 2017 à 21:34

Le tribunal correctionnel de Dijon jugeait ce lundi 7 jeunes opposants à la Loi Travail
Le tribunal correctionnel de Dijon jugeait ce lundi 7 jeunes opposants à la Loi Travail © Radio France - .

Sept jeunes opposants à la loi Travail comparaissent ce lundi devant le Tribunal correctionnel de Dijon. Le 31 mars dernier ils ont participé à une manifestation très tendue. Le tribunal leur reprochait de ne pas avoir quitté le mouvement au moment où il dégénérait. Ils ont tous été relaxés.

A la barre ils sont sept, trois garçons et quatre filles, tous âgés d'une vingtaine d'années et en majorité étudiants. Pour certains c'était leur première manifestation, manifestation contre la loi Travail, ce 31 mars 2016. Une affaire déjà renvoyée et dans laquelle le tribunal correctionnel de Dijon les a convoqués "pour participation sans arme à un attroupement après sommation de se disperser". En clair, il leur était reproché de ne pas avoir quitté, ce jour-là (le 31 mars 2016) la manifestation avant qu'elle ne dégénère.

Des réquisitions légères

Le procureur de la République a indiqué que tous ces jeunes n'avaient pas de passé pénal et qu'ils n'ont à aucun moment été violents, réclamant de ne pas infliger de peines trop sévères. Le ministère public a ainsi requis des peines amendes de 1000 euros assorties d'un sursis et aucune inscription au casier judiciaire.

La manifestation du 31 mars 2016 à son début, place de la libération à Dijon - Radio France
La manifestation du 31 mars 2016 à son début, place de la libération à Dijon © Radio France - Magali Fichter

Relaxe pour les sept jeunes prévenus

Leur avocat a quant à lui plaidé la relaxe pleine et entière, estimant qu'ils n'avaient en aucun cas été des casseurs et avaient toujours été respectueux des forces de l'ordre,y compris au moment de leur interpellation. Pour Me Gavignet , "ce jour-là on a voulu faire du chiffre!", avant de conclure "ils n'étaient là pour casser mais pour défendre leur avenir, alors je vous demande de les relaxer et de les renvoyer à leurs études!".

Le tribunal a décidé la relaxe pour les sept prévenus

A l'issue de l'audience, c'est le soulagement qui dominait pour tous ces jeunes gens et jeunes filles, ainsi que pour le syndicat Solidaires, qui s'était mobilisé pour les soutenir.

→ Relire : Manifestation contre la loi El Khomri, plus de 3000 personnes dans les rues de Dijon